Rugby : Un bandeau intelligent pour mesurer les commotions cérébrales à l'étude

Par , publié le
Rugby Rugby
Rugby

Un prototype de bandeau intelligent, capable de repérer la gravité des commotions cérébrales subies par les sportifs est en cours d’expérimentation dans le championnat de rugby amateur australien.

Si les règles du jeu sont de plus en plus protectrices avec les joueurs, il n’en reste pas moins que le rugby est un sport sujet à de nombreuses blessures graves. La plus redoutée reste la commotion cérébrale. À cause de la répétition de chocs violents sur la tête et ce, malgré les protections comme les casques, de nombreux rugbymen se retrouvent avec des séquelles plus ou moins graves à l’issue de leur carrière.

Pour réduire ce risque, des chercheurs ont mis au point un prototype de bandeau intelligent qui offre la possibilité de repérer la gravité des commotions cérébrales subies par les sportifs.

Un prototype pour détecter l’importance des chocs reçus par les rugbymen

Baptisé « brainBAND », le bandeau se place sur la tête du joueur et embarque de nombreux capteurs qui peuvent transmettre en temps réel les informations sur la violence d’un choc reçu à la tête par un sportif. Les équipes médicales présentes sur place peuvent alors juger de la situation très rapidement et anticiper des problèmes plus graves. Le bandeau peut indiquer les effets d’un contact qui paraît inoffensif grâce un dispositif de lumières LED, qui signale la gravité de l’impact.

De quoi prendre des décisions beaucoup plus tranchées suite à un choc violent à la tête, car actuellement, on choisit souvent de laisser un joueur ou non sur le terrain selon son bon vouloir.  « Cette technologie indiquera en temps réel ce que le joueur a à la tête, avec une mesure objective qui permet de prendre une décision », a expliqué Alan Pearce l’un des chercheurs de l’équipe de la Swinburne University basée à Melbourne au Daily Mail.

Une phase de test en Australie

En cas de choc violent, « Les joueurs peuvent aussi emmener directement les données quand ils se rendent à l’hôpital, et permettre aux urgentistes de faire un diagnostic beaucoup plus précis », a-t-il ajouté. Le chercheur rappelle que ce ne sont pas forcement les chocs les plus violents qui sont à risque, mais souvent les coups répétés qui peuvent entrainer des complications.

Le dispositif est actuellement en phase de test et Israel Folau, international du XV australien, fait partie des ambassadeurs du projet. Le prototype est en phase de test dans le championnat amateur australien afin de l’améliorer.

Crédits photos : Paolo Bona / Shutterstock.com

Partager cet article