Rouen : un incendie meurtrier dans un bar fait 13 morts

Par , publié le
France Périmètre de sécurité le 6 août 2016 devant bar Cuba Libre où un indendie a fait au moins 6 morts à Rouen
Périmètre de sécurité le 6 août 2016 devant bar Cuba Libre où un indendie a fait au moins 6 morts à Rouen

13 personnes ont perdu la vie et 6 autres sont blessées après l’incendie qui a ravagé un bar à Rouen vendredi 5 août alors que des jeunes gens y fêtaient un anniversaire.

Dans la nuit de vendredi à samedi, 13 jeunes sont morts asphyxiés dans le bar le « Cuba Libre » qui se situe dans le centre de Rouen. L’incendie a été déclenché par des bougies d’anniversaire alors que les jeunes gens fêtaient les 20 ans de l’une d’entre eux. Une enquête pour « recherche des causes de la mort » a été ouverte.

Des bougies d’anniversaire déclenchent un incendie meurtrier

L’incendie qui a entrainé le décès de 13 personnes et fait 6 blessés lors d’une fête d’anniversaire dans un bar du centre-ville de Rouen vendredi soir est le pire que la France ait connu depuis 11 ans. Alors que les jeunes faisaient la fête dans les sous-sols du « Cuba Libre », « quelqu'un est descendu avec un gâteau d'anniversaire avec des bougies et a chuté dans l'escalier », explique Laurent Labadie, le vice-procureur de Rouen, en précisant que cela aurait entrainé "des projections de bougies sur les murs et sur le plafond". "Il y a eu une inflammation immédiate et une propagation de gaz" ajoutait-il. Des gaz qui ont asphyxié les 13 jeunes gens.

Selon l’expert en sécurité incendie, Philippe Schultz, qui répondait à nos confrères de BFMTV, les matériaux de revêtement pourraient être la cause d’un embrasement aussi soudain. « Des bougies et un gâteau ne doivent pas être susceptibles d’enflammer un environnement dans un tel lieu » explique le spécialiste, en ajoutant : "Inévitablement, si l’incendie s’est propagé rapidement, c’est que certains de ces matériaux n’avaient peut-être pas tous les critères requis". Il faudra toutefois attendre les résultats de l’enquête avant de tirer des conclusions.

Un établissement peu contrôlé

Tous les établissements de ce genre sont soumis à des règlementations très strictes. Ces normes diffèrent cependant selon leur taille. Des visites de sécurité sont organisées sous le contrôle des préfectures et, si les établissements sont conformes, ils sont autorisés à poursuivre leur exploitation. Le bar « Cuba Libre » est un petit local ne pouvant recevoir plus de 200 personnes dans la salle principale et 100 personnes au sous-sol. Ce genre d’établissement à peu de chance d’être contrôlé à nouveau s’il a été certifié conforme à la première visite explique la Direction générale de la sécurité civile et de la gestion des crises (DGSCGC).

"C’est un établissement qui n’est pas contrôlé puisqu’il reçoit peu de monde et que normalement quand il y a peu de monde un établissement de ce genre devrait pouvoir être évacué rapidement. Il semble qu'ils n’ont pas mesuré que le gâteau et les bougies pouvaient provoquer l’incendie mais aussi des gaz qui contribuent à asphyxier » déplore le maire de Rouen, Yvon Robert.

Crédits photos : © AFP MATTHIEU ALEXANDRE

Partager cet article

Pour en savoir plus