Romans-sur-Isère : Pompiers et policiers caillassés alors qu’ils intervenaient sur l’incendie d’une école

Par , publié le
Faits Divers Un camion de pompier de l'Oise. Capture d'écran du compte Facebook du Service Départemental d'Incendie et de Secours de l'Oise.
Un camion de pompier de l'Oise. Capture d'écran du compte Facebook du Service Départemental d'Incendie et de Secours de l'Oise.

Une école maternelle a été incendiée à Romans-sur-Isère dans la Drôme la nuit dernière. Arrivés sur les lieux du drame, les policiers et les pompiers ont été visés par des jets de pierres.

Les pompiers venaient éteindre un feu, ils sont tombés dans un véritable piège. Selon les informations du Dauphiné Libéré, les soldats du feu et les policiers de la commune de Romans-sur-Isère dans la Drôme ont été caillassés par une bande alors qu’ils avaient été appelés pour gérer un incendie qui s’était déclaré dans une ancienne école.

Un véritable guet-apens

Il est aux alentours de 23 h 30 la nuit dernière lorsque les policiers et les pompiers de la commune sont alertés d’un début d’incendie qui s’est déclaré une école maternelle désaffectée du quartier de la Monnaie. Arrivés sur les lieux pour combattre l’incendie et sécuriser les lieux, policiers et soldats du feu se retrouveront face à face avec une bande d’une cinquantaine d’individus.

Ces derniers commenceront à provoquer les forces de l’ordre et à jeter des projectiles. Les policiers devront utiliser du gaz lacrymogène et des flashballs pour disperser les individus hostiles et permettre aux pompiers d’intervenir sur l’incendie. La situation sera totalement sous contrôle aux alentours de 2 heures du matin.

De gros dégâts

Si aucun blessé n’est à déplorer, l’ancienne école, qui devait être reconvertie en médiathèque de quartier, est partiellement détruite. Trois salles de classe ont brûlé et d’autres salles, qui abritaient une partie du futur fonds documentaire de la médiathèque, ont été noircies par les fumées.

Une enquête est en cours pour tenter de retrouver les membres de la bande et déterminer s’il s’agissait d’un incendie volontaire pour attirer les forces de l’ordre dans un piège, ou si le feu s’est déclaré avant et que les individus ont profité de cette "opportunité". Aucune interpellation n’a été réalisée pour le moment.

Partager cet article