Roland-Garros 2015 : la qualité de la terre battue mise en cause

Par , publié le | modifié le
Tennis
Jo-Wilfried Tsonga à l'issue du match l'opposant au Japonais Kei Nishikori le 2 juin 2015 à Roland-Garros à Paris

Le directeur du tournoi de Roland-Garros, Gilbert Ysern, a avoué que la qualité des courts laissait à désirer lors de cette édition 2015.

La quinzaine du tournoi de Roland-Garros vient de se terminer et nous avons eu droit à une édition 2015 plutôt agréable à suivre. Entre le beau parcours de Jo Wilfried Tsonga, la victoire dans la douleur de Serena Williams du côté du tableau féminin et le sacre surprise d’un Stan Wawrinka intouchable chez les hommes, le spectacle était au rendez-vous.

Mais une petite ombre est venue gâcher ce beau tableau du tournoi de la porte d’Auteuil. À de nombreuses reprises, les joueurs et les joueuses ont semblé se plaindre de la qualité des courts. Une plainte justifiée selon Gilbert Ysern, directeur du tournoi de Roland-Garros.

Les courts de Roland-Garros pas à la hauteur

Glissades, terrains trop lourds ou faux rebonds... Des problèmes que nous n’avons pas l’habitude de voir à Roland-Garros. Symbole de ces terrains qui n’était pas à la hauteur, le coup de gueule de la Française Alizé Cornet lors de sa qualification contre Roberta Vinci en début de tournoi. Sur un point perdu facilement, la 25e joueuse mondiale au classement WTA hurle son désarroi contre une partie du terrain qu’elle juge alors « pourrie ».

Lors de la finale, on a également pu voir Novak Djokovic se plaindre à plusieurs reprises et perdre ses appuis, l’arbitre est même descendu de sa chaise pour constater que la terre battue avait été trop arrosée.

Le directeur de Roland-Garros reconnaît la mauvaise qualité des terrains

Le directeur du tournoi en personne a confirmé que les terrains n’étaient pas vraiment conformes au standing d’un tournoi du Gran Chelem. Dans une interview donnée à l’Équipe, Gilbert Ysern a avoué que « Pour la première fois depuis très longtemps, des joueurs se sont plaints de leur état de préparation (des terrains) » avant d’ajouter « Et à juste titre. Ils n’étaient pas à la hauteur. Cette année, je dois l’avouer, les terres battues de Roland-Garros n’étaient pas les meilleures du monde. C’est anormal. Il ne faut pas que cela se reproduise. »

Un échec qui n’est pas à mettre sur le compte des moyens financiers mis à la disposition des personnes à la charge de l’entretien des terrains selon Gilbert Ysern « En tout cas, je peux vous dire que les problèmes rencontrés ne résultent pas d’une volonté de faire des économies sur les matériaux utilisés. Les coûts sont vraiment minimes par rapport aux autres investissements. »

Crédits photos : © AFP DOMINIQUE FAGET

Partager cet article

Pour en savoir plus