Roissy : un employé trouve 20.000 euros par terre et se fait interpeller

Par , publié le
France l'aéroport de Roissy -Charles de Gaulle
l'aéroport de Roissy -Charles de Gaulle

Un employé intérimaire de l'aéroport de Roissy a été interpellé après avoir ramassé 20.000 euros perdus par un ambassadeur marocain.

Des sources policières ont communiqué sur la récente interpellation d'un employé intérimaire de l'aéroport de Roissy, celui-ci ayant ainsi été vu en train de ramasser une forte somme d'argent perdue par un ambassadeur. Les faits remontent à mercredi matin. L'ambassadeur du Maroc aux États-Unis s'apprête à s'envoler pour New York.

Nos confrères du Figaro précisent que l'ambassadeur venait de partir des salons VIP d'Air France. Et c'est au moment où sa sacoche, restée ouverte, laisse s'échapper deux téléphones portables qu'il découvre que 20.000 euros manquent à l'appel. Après être retourné sur ses pas dans l'espoir, vain, de retrouver son argent, l'ambassadeur prend son vol non sans avoir alerté les autorités compétentes de la perte observée.

20.000 euros par un ambassadeur à Roissy et ramassés par un employé de l'aéroport

L'enquête de la Police des Frontières amènera celle-ci à recourir à la vidéo-surveillance pour retrouver l'argent. Les 20.000 euros avaient ainsi été ramassés par terre, dans un couloir de l'aéroport, par un employé de Roissy. Ce dernier a été interpellé mercredi soir avant d'être placé en garde à vue.

La moitié de la somme déjà retrouvée et une garde à vue levée

Une source policière a indiqué que la moitié de la somme a été retrouvée et qu'il devrait prochainement en être de même pour les 10.000 euros restants. Quant à l'employé intérimaire interpellé, sa garde à vue a été levée jeudi matin. Et s'il a donc retrouvé la liberté, le goût de cette dernière devrait cependant lui apparaître amer : la préfecture déléguée aux aéroports de Roissy et du Bourget a en effet fait savoir que l'habilitation qui permettait à cet employé d'officier au sein de l'aéroport lui a été retirée.

Crédits photos : pio3 / Shutterstock.com

Partager cet article

Pour en savoir plus