Une rixe fait un mort à Nîmes le soir du nouvel an

Par , publié le
France
La rue de la République de Nîmes. Capture d'écran de Google Street.

Un homme de 25 ans est mort après avoir été poignardé au thorax lors d'une bagarre survenue dans un restaurant marocain du centre ville de Nîmes durant le réveillon du nouvel an.

Une altercation a dégénéré dans un restaurant Kebab du centre ville de Nîmes dans le Gard sur fond de soirée alcoolisée. Une dizaine de personnes ont été interpelées.

Un homme originaire de Vauvert poignardé à mort

Le drame s'est déroulé rue de la République, près des arènes de Nîmes durant la nuit du réveillon du nouvel an. Le parquet de Nîmes indique qu'une rixe entre personnes alcoolisées a dégénéré et qu'un homme de 25 ans a été poignardé au thorax. Les secours arrivés sur place n'ont pas pu sauver le jeune homme. Une autre personne a été blessée au visage mais beaucoup plus légèrement.

Le drame s'est produit aux alentours de 3 heures du matin. Lorsque les secours sont arrivés, un homme de 25 ans gisait, déjà mort, sur le trottoir devant un restaurant marocain. Très vite, la police fait le lien avec le restaurant dans lequel des personnes s'étaient enfermées. Après une heure de négociation, la police a enfin pu pénétrer dans le restaurant.

Dix personnes interpellées

La police a interpellé les 10 personnes retranchées à l'intérieur du local. Parmi elles, se trouvaient des musiciens recrutés pour le réveillon, le personnel de l'établissement dont les responsables et quelques clients. Huit personnes sont toujours en garde à vue.

Selon Alexandre Rossi, vice procureur de la république, la police n'a pu pénétrer dans le local qu'une heure après leur arrivée, temps utilisé par les personnes retranchées dans le restaurant pour faire disparaitre les traces de la lutte. Le couteau ayant vraisemblablement servi à poignarder a été retrouvé et sera analysé. Les personnes présentes sur place étaient tous dans un état d'alcoolisation prononcé. Les auditions ont été différées le temps que les personnes en garde à vue dégrisent. Les cause de la bagarre ne sont pour le moment pas connues.

Partager cet article