#RipOmar Sy : le comédien réagit à l'annonce de sa mort sur Twitter

Par , publié le
People
Omar Sy dans l'émission "Sept à huit" du 20 décembre 2015

Annoncé mort mardi soir sur Twitter, le comédien Omar Sy a depuis réagi sur le réseau social pour y démentir sa disparition, et ce d'une manière que l'on pourra qualifier de sobre.

Tout semble parti d'un gazouillis émis mardi soir sur le réseau social Twitter, où le comédien Omar Sy était ainsi déclaré comme étant "mort le mardi 1er mars 2016". S'ensuivra l'usage répété du mot-dièse #RipOmarSy dans des messages qui, supposément dans un premier temps, manifestaient la peine des inscrits au réseau quant à cette annonce.

Sauf que les tweets s'interrogeant sur la source de cette nouvelle vont alors se multiplier sans pour autant obtenir satisfaction, laissant ainsi penser à une mauvaise farce. Et pour qui aura déjà été témoin de l'émergence de mots-dièses sur Twitter annonçant de supposées morts, #RipOmarSy était à prendre avec moult pincettes. Avant le comparse de Fred Testot, des personnalités telles que Rihanna, Elie Semoun ou encore Jon Bon Jovi avaient en effet été annoncées mortes, à tort, sur Twitter.

Fausse mort d'Omar Sy sur Twitter : une réaction par l'image

Omar Sy a rapidement eu vent de ce qui s'avèrera une rumeur, et de poster sur la plate-forme qui pleurait alors son décès un proverbe en image traduisant sa réaction : "Le jour où la connerie est tombée du ciel, rares sont ceux qui avaient un parapluie." Avant de publier environ une heure plus tard des clichés de son séjour à la montage, comme pour attester un peu plus qu'il était bien vivant et heureux de l'être.

La discutable farce de Gérald Dahan en 2012

Ce "Trending Topic" (sujet en vogue) peut rappeler qu'en 2012, la mort de l'humoriste Gérald Dahan avait été annoncée sur les réseaux sociaux, avant que celui-ci ne confirme avoir autorisé la radio Voltage à propager cette fausse nouvelle. Une sortie qui aura été particulièrement décriée par le blog de Jean Marc Morandini, prêtant alors à Voltage l'image d'une radio "en mal de notoriété" cherchant à "faire le buzz en se servant d'un imitateur en mal de public".

Crédits photos : capture d'écran TF1

Partager cet article

Pour en savoir plus