Rhône : une méningite touche mortellement un collégien de 14 ans

Par , publié le
Faits Divers Vaccin (photo d'illustration)
Vaccin (photo d'illustration)

Un collégien de 14 ans est décédé jeudi dans le Rhône des suites d'une méningite foudroyante. Il avait ressenti les premiers symptômes de la maladie plus tôt dans la journée.

Le drame s'est produit jeudi à Arbresle, dans le Rhône. Dans la journée, un jeune garçon de 14 ans scolarisé dans un collège de la ville ressent les premiers symptômes de la méningite. L'ARS (Agence Régionale de Santé) Rhône-Alpes est assez rapidement alertée de son cas, avant que le collégien ne soit admis en urgence à l'hôpital.

En dépit des efforts des médecins, l'adolescent a succombé dans la soirée à une infection invasive à méningocoque du groupe C. Suite à cette tragédie, et comme le rapportent nos confrères de Pourquoi Docteur ?, l'ARS souligne une nouvelle fois la nécessité de recourir à la vaccination pour se prévenir la méningite. Les traitements à base d'antibiotiques ne s'avérant en effet pas suffisant pour enrayer la progression de la maladie.

Méningite : nouveau décès dans le Rhône, troisième cas en 2015 dans la région

Plus précisément, et sur la base des recommandations émises en 2010 par le Haut Conseil de la Santé Publique, l'ARS appelle vivement à la vaccination d'une large tranche d'âge comprenant les personnes âgées entre 12 mois et 24 ans. Et étant donné que la région Rhône-Alpes a été touchée en octobre dernier par deux cas de méningite (dont un mortel) dans des écoles maternelles, l'un à Arbresle et l'autre à Saint-Pierre-la-Palud, ce sont les habitants de ces communes qui sont appelés en premier lieu à se faire administrer une protection.

L'ARS appelle à la vaccination des 12 mois-24 ans

Début octobre à Lyon, une étudiante de 21 ans avait quant à elle succombé à une infection à méningocoques B. Et l'ARS d'avoir alors rappelé que ce type de méningite demeure rare en France. Pour une sensibilisation à l'efficacité maximale quant au poids de la vaccination, l'agence attend aujourd'hui un concours conjugué des médecins et pharmaciens, de même qu'un soutien de la protection maternelle et infantile dans ce but.

Crédits photos : Istvan Csak/Shutterstock.com

Partager cet article

Pour en savoir plus