Retraite : la pénibilité du travail favoriserait le risque de maladies chroniques

Par , publié le
Santé
Photo d'illustration. Le burn-out, ou épuisement au travail.

Une étude conduite en France révèle que la pénibilité au travail augmenterait de 32% le risque d'être victime de maladies chroniques à l'âge de la retraite.

Mercredi, à l'occasion d'un colloque tenu au sein de la capitale, le professeur et économiste Thomas Barnay, officiant à l'université Paris-Est Créteil, a présenté une étude portant sur les répercussions de la pénibilité du travail observées à l'âge de la retraite.

Les résultats de cette enquête, rapportés par nos confrères de Pourquoi Docteur ?, révèlent que le risque de contracter des maladies chroniques lors de la retraite est accru de 32% suite à une exposition à des contraintes physiques professionnelles. Une probabilité grimpant à 42% concernant l'obligation de limiter ses activités, conséquemment à cette même pénibilité.

Pénibilité du travail : des activités limitées à la retraite

Hommes comme femmes ne sont cependant pas exposés à un impact négatif au niveau mental. Malgré tout, les retraités peuvent physiquement subir les conséquences néfastes d'une exposition à des risques psychosociaux (RPS), alors que ces derniers ne sont pas pris en compte dans l'établissement d'une pénibilité professionnelle.

Le professeur Barnay affirme dans le même temps que le travail contribue à une amélioration de la santé. Et de préciser, en s'appuyant sur une seconde étude, qu'atteindre la retraite est synonyme d'"une diminution de l'anxiété et de la dépression", et ce "quelque soit le niveau d'études". Le femmes n'observerait cependant l'effet bénéfique de la retraite qu'au niveau mental.

La santé dopée par la vie professionnelle

L'économiste poursuit en indiquant que "c'est sans doute l'une des raisons pour lesquelles ce sont les Français qui veulent partir le plus tôt à la retraite [...] L'autre explication est sans doute qu'ils sont aussi les Européens qui expriment le plus de lassitude au travail avec un sentiment de mal-être professionnel très fort".

Pour rappel, en tout début de semaine, la ministre de la Santé Marisol Touraine a ouvert la semaine nationale des retraités et des personnes âgées. L'occasion pour Mme Touraine de rappeler, au travers d'une allocution, que l'action du gouvernement a conduit à ce que soit "enfin [prise] en compte la pénibilité de l’activité professionnelle".

Crédits photos : Shutterstock.com

Partager cet article

Pour en savoir plus