Régionales Rhône-Alpes-Auvergne : le MoDem s'allie aux Républicains

Par , publié le
Politique Nathalie Kosciusko-Morizet et Laurent Wauquiez donnent une conférence de presse à l'UMP, le 5 mai 2015 à Paris
Nathalie Kosciusko-Morizet et Laurent Wauquiez donnent une conférence de presse à l'UMP, le 5 mai 2015 à Paris

Vendredi, le chef de file du MoDem en Rhône-Alpes-Auvergne Patrick Mignola a communiqué sur une alliance prévue avec l'UDI et les Républicains dans le cadre des élections régionales de fin d'année.

Il n'est jamais trop tard pour changer d'avis. Il y a en effet un mois, le chef de file du MoDem en Rhône-Alpes-Auvergne Patrick Mignola avait indiqué qu'il mènerait seul sa barque lors des élections régionales de décembre. En estimant alors que le candidat des Républicains Laurent Wauquiez lui apparaissait trop à droite pour envisager une alliance.

Et vendredi, ce même Patrick Mignola a déclaré qu'il allait finalement se ranger aux côtés de l'UDI et du candidat des Républicains pour ce rendez-vous futur. Une nouvelle qui a pu surprendre, même si des proches de Laurent Wauquiez ont affirmé que les discussions "ont toujours existé" et qu'elles s'intensifiaient même "depuis un mois et demi".

Wauquiez et Mignola : le MoDem et les Républicains ensemble pour les régionales

Dans des propos rapportés par nos confrères du Monde, M. Mignola a reconnu que le chemin a été long pour parvenir à cet accord : "On partait de loin. Nous nous sommes retrouvés face une population résignée et révoltée devant le manque de cap au niveau national et le besoin d’alternance régionale." En ajoutant que cette alliance a pu se décider sur l'acceptation de deux points : "le refus des extrêmes" et "une politique européenne réaliste à l’échelle régionale, axée sur l’emploi".

Une alliance pour faire chuter la gauche et barrer le passage au FN

Ce choix revêt un double but. Il a tout d'abord comme objectif de faire chuter la gauche lors des élections régionales des 3 et 6 décembre, pour ainsi faire remporter à l'alliance centre-droite les régions Rhône-Alpes et Auvergne détenues par cette même gauche depuis onze ans. L'autre raison, "particulièrement préoccupante", de cette alliance, est la constitution d'un "cordon sanitaire régional" destiné à mettre un terme à la progression du Front National. L'entourage du candidat des Républicains estime en tout cas que cette décision prise entre la droite et le centre aura des "conséquences politiques" quant à la composition des listes départementales.

Crédits photos : © AFP THOMAS SAMSON

Partager cet article

Pour en savoir plus