Régionales : la proposition d'une alliance PS / LR au second tour

Par , publié le
Politique Le Premier secrétaire du Parti socialiste, Jean-Christophe Cambadélis vote à Paris, le 21 mai 2015
Le Premier secrétaire du Parti socialiste, Jean-Christophe Cambadélis vote à Paris, le 21 mai 2015

Un ministre vient de proposer une alliance entre le Parti socialiste et Les Républicains pour le second tour des régionales afin de faire barrage au Front national.

Comme bien souvent, lorsque l'issue d'une élection apparaît incertaine pour ne pas dire dangereuse pour un ou plusieurs partis, des discussions ont lieu entre différents camps pour éventuellement décider d'alliances salutaires. Pour les régionales de décembre prochain, la crainte nouée par certaines membres du Parti socialiste (PS) concerne une percée du Front national.

Et pour réduire les probabilités d'une telle situation, un ministre vient de proposer une alliance entre le PS et Les Républicains (LR) au second tour des régionales. Nos confrères de France Info parlent d'un ministre "influent" ayant déjà fait part de son idée au Premier secrétaire du PS Jean-Christophe Cambadélis ainsi qu'au Premier ministre Manuel Valls.

Alliance PS / Les Républicains au second tour des régionales : pour contrer le FN

Un cas de figure d'exemple nous est donné : dans l'optique où le PS ne passerait pas le second tour des régionales en régions Provence-Alpes-Côte d'Azur et Nord-Pas-de-Calais / Picardie (que le FN espère visiblement remporter), une fusion s'opèrerait alors entre les listes PS et LR pour empêcher le parti de Marine Le Pen de clamer victoire. À noter que dans le cadre d'une alliance purement technique, le PS n'appellerait pas à obtenir de quelconques postes exécutifs.

Une proposition peu approuvée

Les premières réactions, émises aussi bien du côté du PS que de celui des Républicains, laissent cependant présager d'une proposition vouée à l'échec. Pour un dirigeant du PS, "c'est n'importe quoi". Il ajoute que "cette proposition est totalement baroque" et que l'"on se maintiendra partout où on le peut, pas question de s’allier avec un parti qui flirte avec le FN". François Lamy, secrétaire national aux Relations extérieures du PS, déclare quant à lui que "ce Ministre 'influent' et anonyme a perdu une occasion de se taire. Pas d'alliance contre nature". Et Marine Le Pen de rappeler que "ça fait des années que nous [ndlr : le FN] disons que nous sommes confrontés à l'UMPS".

Crédits photos : © AFP Martin Bureau

Partager cet article

Pour en savoir plus