Référendum du PS : un "coup de clairon" contre l'abstention selon Bartolone

Par , publié le
Politique Le président de l'Assemblée nationale Claude Bartolone à Paris le 12 mai 2015
Le président de l'Assemblée nationale Claude Bartolone à Paris le 12 mai 2015

Pour le président de l'Assemblée nationale Claude Bartolone, le référendum du PS qui se termine ce dimanche sonnera un "coup de clairon" contre l'abstention.

Il fait vraisemblablement partie de ceux qui voient en le référendum du PS une démarche positive. Samedi, le président de l'Assemblée nationale Claude Bartolone a ainsi déclaré ne pas s'attendre à ce que cette sollicitation du Parti socialiste soit un échec. Au contraire même.

Auprès de France 3 Île-de-France, il a effet communiqué sa conviction d'un référendum salutaire sur le plan de la mobilisation : "Je suis persuadé que ce sera un véritable coup de clairon pour affaiblir l'abstention." Rappelons que ce référendum organisé par le premier secrétaire du PS Jean-Christophe Cambadélis se déroule du 16 au 18 octobre, à la fois sur internet et dans plus ou moins 2.500 points de vote.

Claude Bartolone ne pense pas que le référendum du PS sera un échec

À quelques semaines des élections régionales, Claude Bartolone a également fait savoir qu'il "espérait bien que Jean-Vincent Placé et ses amis" apparaissent à ses côtés "dès la semaine prochaine" pour cette échéance en Île-de-France. On peut donc penser que des alliances visent à s'opérer de son côté : "Nous sommes en train de finaliser les choses. Une campagne électorale, ce n'est pas un individu seul, nous sommes en contact avec toutes les fédérations pour voir comment on peut organiser cela."

Régionales : "Il n'y a pas de pouvoir personnel dans une campagne électorale"

Et sur la question de l'éventuelle présence d'"amis" sur les listes électorales, le président de l'Assemblée nationale a indiqué qu'il s'agit d'"une négociation" et qu'"il n'y a pas de pouvoir personnel dans une campagne électorale". Rappelons que Jean-Vincent Placé, plus tard suivi par François de Rugy et Barbara Pompili, avait quitté Europe Écologie Les Verts (EELV) en août dernier pour divergence de visions. Il a depuis constitué l'Union des démocrates et des écologistes (UDE) avec un congrès fondateur qui était d'ailleurs prévu pour se tenir samedi.

Crédits photos : © AFP ERIC FEFERBERG

Partager cet article

Pour en savoir plus