Record à la baisse pour le pétrole

Par , publié le
Énergie Photo d'illustration. Le pétrole.
Photo d'illustration. Le pétrole.

Depuis 2004, le cours du pétrole n'avait pas été aussi bas. En Europe, le baril de Brent plafonnait à 36,13 dollars en perdant encore 2%.

Il s'enfonce, le cours du pétrole. Et cela fait 11 années qu'il ne s'était pas trouvé aussi bas. En Europe, la référence que représente le baril de Brent s'effondre encore lundi matin de 2%, soit 36,13 dollars. Même tendance pour son camarade outre-Atlantique, le WTI, qui lui affiche un baril à 34 dollars, pas loin lui non plus de son record de 2014.

L'Opep, régulateur des prix du pétrole

Pour expliquer cette tendance baissière, il faut toujours regarder vers le Moyen-Orient. Car l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) refuse toujours de limiter la production, l'objectif étant de reprendre des parts de marché. En conséquence et au niveau mondial, l'on se retrouve avec un marché qui n'est pas porteur de prix à la hausse puisque l'offre dépasse largement la demande.

En outre, le dollar s'est renforcé après la hausse des taux directeurs de la Fed, la Réserve fédérale américaine le mercredi 16 décembre.

Quel avenir pour le cours du baril ?

Selon l'Agence internationale de l'énergie, le marché mondial restera dans une situation de saturation jusqu'à la fin de l'année prochaine. En cause, une demande qui va poursuivre sa diminution, couplée à un accroissement de la production des pays membres de l'Opep. Quant à la banque Morgan Stanley, elle envisage une production des Etats-Unis "plus résistante que ne le prévoyaient la plupart des modèles". Mais aussi, un Iran de retour aux affaires avec pas moins d'un demi-million de barils produits chaque jour.

Crédits photos : Shutterstock.com

Partager cet article