Radioprotection : de "gros manquements" attribués à l'hôpital de la Timone

Par , publié le
Santé Un scanner (photo d'illustration)
Un scanner (photo d'illustration)

Un récent rapport de l'Agence de sûreté nucléaire dresse un constat pour le moins alarmant quant aux règles de radioprotection observées à l'hôpital marseillais de la Timone.

Dans un rapport daté du 2 novembre 2015, l'Agence de sûreté nucléaire (ASN) semble tirer la sonnette d'alarme quant aux règles de radioprotection en vigueur à l'hôpital de la Timone (Marseille). Des observations émises suite à une inspection des lieux le 12 octobre dernier et portant sur la formation du corps médical et la protection des patients de l'établissement.

Cités par nos confrères de Pourquoi Docteur ?, les auteurs du rapport déplorent de "gros manquements" relatifs à la radioprotection des blocs opératoires mis en place il y a deux ans : "Il existe un réel manque d’appropriation de la culture de la radioprotection au sein des blocs opératoires à l’hôpital de la Timone. Le non-respect des points majeurs, piliers fondamentaux de la radioprotection des travailleurs et des patients, a été relevé par les inspecteurs."

Marseille : l'hôpital de la Timone pointé du doigt par un rapport de l'ASN

Est dénoncée dans ce document la mauvaise formation du personnel de l'hôpital au port de la dosimétrie passive ou opérationnelle. Lequel concerne un équipement permettant de déterminer le niveau d’exposition aux rayons ionisants. Ainsi, le corps médical de la Timone ne le porterait pas en permanence si ce n'est pas du tout, sans compter qu'il ne saurait distinguer les deux modèles à sa disposition.

"Très peu [des professionnels au bloc] sont formés à ce jour"

En dépit d'une obligation à respecter à ce niveau, "très peu [des professionnels au bloc] sont formés à ce jour" d'après l'ASN. On apprend par ailleurs que les chirurgiens de la Timone portent leurs lunettes de protection de manière irrégulière et que les comptes-rendus des actes médicaux ne renseignent pas systématiquement sur les doses administrées aux patients. Le rapport affirme de même qu'"aucun personnel médical utilisant les générateurs de rayons X n’a validé la formation à la radioprotection des patients". Et alors que l'ASN y indique également une liste d'améliorations à établir, l’APM (Agence de presse médicale) relate la récente annonce du CHU de la Timone quant au déploiement d’un plan de formation des médecins et d'un plan d’actions.

Crédits photos : zlikovec/Shutterstock.com

Partager cet article

Pour en savoir plus