Radars automatiques : plus de 50% sont placés sur des routes "rentables"

Par , publié le | modifié le
Société Un radar (photo d'illustration)
Un radar (photo d'illustration)

Une enquête du magazine Auto Plus révèle que plus de la moitié (52%) des radars automatiques sont placés non pas sur des routes dangereuses mais des routes dites "rentables". Ces radars sont aussi plus rentables car flashant plus que ceux sur des routes dangereuses.

Une (faible) majorité des radars automatiques ne se trouveraient pas sur des routes à risque mais plutôt sur des routes à fort potentiel pécuniaire. C'est ce que rapporte une nouvelle enquête de l'hebdomadaire Auto Plus, lequel indique ainsi que "52% des radars ne sont pas placés sur des routes dangereuses".

Un constat établi après qu'un journaliste du magazine aient recoupé deux cartes : celle des accidents survenus depuis 2012 et une autre répertoriant la position des radars installés depuis la fin de cette même année. Le comparatif a amené Auto Plus à remettre en question l'apparente raison d'être du radar : réduire la mortalité réduire.

Sites "rentables" : 52% des radars concernés selon Auto Plus

On apprend donc, via Le Point, que dans 52% des cas, "les radars n'ont pas pris place à des endroits où se produisent les accidents et où il est important de faire respecter la limitation de vitesse, mais sur des sites jugés plus rentables". Toujours selon Auto Plus, les radars les plus concernés (les "discriminants") sont ceux permettant une différenciation entre les différentes catégories de véhicules.

Bien plus de flashs pour les radars "mal placés" ?

56% de ces radars ne seraient pas postés sur des routes accidentogènes, un taux descendant à 45% pour les radars classiques (les "cabines"). L'enquête de l'hebdomadaire révèle également que ces derniers auraient "flashé 12 358 fois en 2014 contre 4 774 fois pour les 55 % de dispositifs bien placés". Une différence notable et certainement profitable aux caisses de l'État, comme le sous-entend Auto Plus : "en PV payés, cet écart correspond à un peu plus d'un million d'euros par an et par cabine". Rappelons que le ministre de l'Intérieur Bernard Cazeneuve vient d'annoncer une diminution de 5% des morts sur les routes pour juin. Ajoutons toutefois que cette baisse intervient après plusieurs mois de hausse continue.

Crédits photos : PRESS AND CO/phototélé.com

Partager cet article