Pyrénées : un pisteur entre la vie et la mort suite à une explosion

Par , publié le
France
Une station de ski dans les Pyrénées

Un pisteur de la station de sports d'hiver de Cauterets a été grièvement blessé hier matin par une charge explosive destinée à créer une avalanche préventive.

Hier matin, alors que le responsable de la sécurité des pistes de la station de ski de Cauterets posait une charge explosive pour créer une avalanche préventive, suite à de fortes chute de neige durant la nuit, celle-ci a explosé et blessé grièvement ce pisteur expérimenté.

Une charge explosive blesse grièvement un pisteur de Cauterets

Tous les matins, les pisteurs travaillant sur les stations de ski doivent s'assurer des dangers d'avalanches sur le domaine skiable, particulièrement lorsque de fortes chutes de neige ont eu lieu durant la nuit. C'est lorsque ce pisteur expérimenté de 59 ans  a voulu créer une avalanche préventive qu'une charge explosive s'est déclenchée alors que celui-ci se trouvait à proximité.

Ce drame s'est déroulé vers 7h30 hier matin. L'équipe de pisteurs-artificiers de Cauterets posait alors des charges explosives de 2 kilos afin de créer artificiellement des avalanches. Ces employés de la station de ski de Cauterets sont expérimentés, ils ont l'habitude de manipuler ce genre d'explosifs. Une première explosion a eu lieu puis une deuxième charge s'est déclenchée alors que l'employé de sécurité se trouvait juste à côté. A l'heure actuelle ce déclanchement inopiné n'est toujours pas expliqué. Pour faire exploser les charges, 2 pressions simultanées avec les 2 pouces sont nécessaires.

L'accident a eu lieu à une altitude de 2300 mètres, à proximité du télésiège de la Brèche.

L'homme souffre de multiples blessures

La victime souffre de fractures ouvertes aux jambes, de blessures au thorax et aux bras ainsi qu'un traumatisme crânien, son pronostic vital est engagé. Il a été pris en charge par le SAMU et transporté au CHU de Toulouse en hélicoptère.

Une enquête pour "blessure involontaire dans le cadre du travail" a été ouverte par le parquet de Tarbes et a été confiée à la gendarmerie des Hautes-Pyrénées.

Crédits photos : Wikipedia

Partager cet article