Prostitution : Vaste coup de filet en France

Par , publié le
France Prostitution (photo d'illustration)
Prostitution (photo d'illustration)

Plusieurs arrestations ont eu lieu cette semaine dans les villes de Nice, Marseille et Angers. Près de 25 proxénètes ont été mis en examen.

Il s’agit peut-être de l’une des plus grandes opérations contre le proxénétisme en France de l’année. En dix jours, la police a annoncé le démantèlement de trois réseaux distincts de prostitution. Des réseaux qui opéraient principalement à Marseille, Angers et Nice nous informe 20 minutes qui cite une source policière.

Sur les trois villes, ce serait 25 proxénètes qui auraient été mis en examen, dont 19 écroués. Ils sont tous poursuivis pour proxénétisme et traite des êtres humains. Des crimes passibles de sept ans d’emprisonnement.

Réseau de prostitution chinois à Angers

Dans la ville d’Angers, c’est une filière chinoise qui a été démantelée. Cinq proxénètes qui travaillaient chacun sur différentes tâches. Un proxénète pouvait s’occuper des annonces sur internet, tandis que d’autres travaillaient sur la location des chambres ou encore le transport des prostituées. Un travail méticuleux, dans lequel les prostituées n’avaient juste qu’à accueillir les clients pendant toute une journée. Ces dernières pouvaient réaliser jusqu’à 600 euros en une journée chacune. Les autorités ont pu notamment mettre la main sur 100.000 euros en espèce.

"Cette affaire illustre une nouvelle tendance que l’on voit apparaître dans ce type d’affaires. Les proxénètes privilégient des villes intermédiaires comme Beauvais, Saint-Brieuc… Là où on n’est pas habitué à les voir".

Bars fermés et hôtels perquisitionnés en Côte d’Azur

A Nice, les enquêteurs ont interpellé des proxénètes hongrois. « Les filles étaient exploitées dans des chambres d’hôtel » explique Jean Marc Droguet, chef de l’Office central pour la répression de la traite des êtres humains. Des activités qui rapportaient près de 30.000 euros chaque mois aux proxénètes.

A Marseille, entre 70 et 90 prostituées, françaises ou maghrébines officiaient dans des bars et autres établissements de nuit dans le quartier de l’Opéra. Des fermetures de bars sont actuellement en cours.

Crédits photos : aerogondo2/Shutterstock.com

Partager cet article