Prison : un détenu se fait livrer un colis de Noël de 59 kilos !

Par , publié le
France
Photo d'illustration. Les barbelés d'une prison.

Un colis de Noël hors-norme a été livré à un détenu du centre pénitentiaire de Condé-sur-Sarthe dans l'Orne, l'administration a accepté cette livraison, les surveillants sont furieux.

Au centre pénitentiaire de Condé-sur-Sarthe, un détenu semble ne rien vouloir se refuser pour Noël et s'est fait livrer, avec l'accord de l'administration, un colis de 59 kilos. Cette livraison hors-norme a soulevé un véritable tollé parmi les surveillants et les syndicats de la prison.

Un colis de Noël de 59 kilos livré à la prison

Jeudi 17 novembre, un détenu de la prison de Condé-sur-Sarthe a reçu un colis de 59 kilos, livré en transpalette, contenant principalement de la nourriture. Ce joli colis de Noël dépasse largement le poids autorisé qui est de 5 kg, ce qui a soulevé un véritable tollé dans le centre pénitentiaire. Les surveillants et les syndicats s'insurgent, ils ne comprennent pas pourquoi l'administration a autorisé cette livraison. Le bureau national du syndicat Force ouvrière a indiqué que "la direction, avec probablement l'assentiment de la Direction interrégionale, a décidé d'octroyer royalement un laissez-passer pour faire entrer un colis de 59 kg, au bénéfice d'un braqueur multirécidiviste et auteur d'évasions spectaculaires". Les surveillants et les responsables du syndicat n'en reviennent pas : "C'est une décision loufoque ! Inadmissible et incompréhensible !", au profit  d'"un caïd libérable en 2052".

Un braqueur multirécidiviste

L'heureux destinataire de ce colis de Noël de 59 kilos n'est autre que Christophe Khider, un braqueur multirécidiviste qui a déjà organisé à deux reprises des tentatives d'évasion plus spectaculaires les unes que les autres notamment à l'aide d'explosifs en 2009 à Moulin et à l'aide d'un hélicoptère en 2001 à Fresnes. "Christophe Khider serait-il au dessus des règles ?", se demande le syndicat, "Cet individu qui, en 2009, s'est évadé de Moulins (Allier) avec des explosifs et en prenant en otage des personnels de surveillance mérite-t-il de telles faveurs?".

Ce que déplorent également les surveillants de la prison ainsi qu'Emmanuel Baudin, secrétaire Interrégional de Force ouvrière pénitentiaire, c'est que le colis était si lourd qu'il a fallu l'acheminer en transpalette jusqu'à la cellule du détenu et que " rien n'a été fouillé". Selon Emmanuel Baudin, il existe un véritable problème au sein de ce centre pénitentiaire, "Les détenus sont rois, les surveillants sont en permanence humiliés. Les collègues n'en peuvent plus… Il est urgent que la Direction de l'administration pénitentiaire se positionne et applique des consignes claires. Vendredi dernier, des détenus ont bloqué les ateliers de travail, réclamant une prime de Noël... Ils se sentent chez eux."

Crédits photos : Shutterstock.com

Partager cet article

Pour en savoir plus