Primaire de la droite : la Haute Autorité saisie du cas Sarkozy

Par , publié le | modifié le
Politique
Nicolas Sarkozy lors du meeting organisé par Sens Commun le 15 novembre 2014.

François Fillon et Hervé Mariton viennent de saisir la Haute Autorité au sujet du cas Nicolas Sarkozy, ce dernier laissant ainsi planer le doute sur sa candidature à la primaire de la droite tout en restant président des Républicains.

Ils sont plus d'un à témoigner d'une exaspération plus ou moins marquée face à l'attitude de Nicolas Sarkozy vis-a-vis de la primaire de la droite. Le leader des Républicains n'a ainsi pas encore officiellement annoncé sa candidature au scrutin, et ce alors que celle-ci semble déjà décidée.

Il y a un peu plus d'une semaine, l'ex-Premier ministre Jean-Pierre Raffarin affirmait par exemple qu'"il n'échappe à personne" que Nicolas Sarkozy "est déjà" candidat. Et d'avoir dans le même temps exprimé le souhait que le prédécesseur de François Hollande clarifie rapidement sa situation, "avant l'été".

Sarkozy candidat ? Fillon et Mariton saisissent la Haute Autorité

Rappelons qu'il est en effet légalement impossible de se porter candidat pour la primaire de la droite tout en occupant la responsabilité d'un parti. Si Nicolas Sarkozy envisage donc bel et bien de prendre part au scrutin, il est par conséquent appelé à quitter la présidence des Républicains (LR) au plus tard quinze jours avant la date limite de dépôt des candidatures, c'est-à-dire avant le 25 août prochain.

Suspectant l'ancien exécutif de mener officieusement campagne pour la primaire en tant que chef des Républicains, le député LR de Haute-Savoie Bernard Accoyer a saisi mardi la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique, et ce au nom de François Fillon. Une saisie appuyée par le député LR de la Manche Philippe Gosselin au nom d'Hervé Mariton.

Accoyer demande une primaire de la droite "irréprochable"

Mercredi, Bernard Accoyer a expliqué dans l'émission Talk du Figaro les raisons de ce recours : "Nous disons qu'il faut absolument que les primaires soient irréprochables pour que nul ne puisse en contester le résultat. Et pour [cela], il faut que chacun de ceux qui se sont déclarés d'une façon ou d'une autre s'astreignent à un certain nombre de règles, et qu'il n'y ait pas de confusion dans les moyens. [...] Je pense que la série de meetings qu'il a fait sont des réunions de campagne".

Crédits photos : Capture écran YouTube.

Partager cet article