Primaire de la droite et du centre : Dati demande à ce que NKM soit mise "hors-jeu"

Par , publié le
Politique Rachida Dati sur BFMTV le dimanche 6 novembre 2016
Rachida Dati sur BFMTV le dimanche 6 novembre 2016

Dimanche, l'eurodéputée Rachida Dati a appelé à ce que Nathalie Kosciusko-Morizet soit mise "hors-jeu" dans le cadre de la primaire de la droite et du centre, et ce après la récente révélation d'une conversation entre NKM et l'ex-chef du renseignement Bernard Squarcini.

Vendredi, Le Monde a publié une conversation datée de 2013 entre Nathalie Kosciusko-Morizet et l'ancien chef du renseignement Bernard Squarcini. Les propos tenus ont directement visé Rachida Dati et François Fillon, et M. Squarcini d'avoir notamment demandé à NKM de "tuer" politiquement l'eurodéputée.

Dimanche, cette dernière a réagi à cette révélation sur BFMTV en appelant à ce que Nathalie Kosciusko-Morizet soit exclue de la primaire de la droite et du centre : "Je considère que la classe politique doit la mettre hors-jeu, elle doit la mettre à l'index, elle doit lui demander des comptes. Mme Kosciusko-Morizet a demandé l'exclusion de Jean-Frédéric Poisson pour des propos dont il s'est excusé, mais elle a encore sa place dans la primaire ? Je [le] demande à la haute autorité".

Dati : NKM a-t-elle "encore sa place dans la primaire ?"

Rachida Dati a estimé que "c'est un truc d’État de droit, c’est grave : on a utilisé le patron du renseignement pour ’tuer’ un adversaire politique, enquêter sur ma vie privée, on a fait suivre ma petite fille". L'ancienne ministre envisage désormais de saisir la justice sur cette affaire.

Interrogée sur le sujet au micro de France 3, Nathalie Kosciusko-Morizet a quant à elle déclaré ne pas se souvenir "précisément" des mots échangés avec Bernard Squarcini, certes dans "un contexte très particulier de la campagne" pour la mairie de Paris : "[l'ancien chef du renseignement] c'est juste un ami de [Jean] Tiberi connu comme tel et comme je le connais, je l'appelle. Quant au langage, chacun a son style".

SMS à Hortefeux : "pas des menaces"

Mme Dati, qui s'est également exprimée sur le SMS envoyé en 2013 à Brice Hortefeux où elle le qualifiait de "facho", de "ministre [naze] de l’Intérieur" et d''espèce de voyou", a expliqué que "c'est ancien, ça correspond à une période de tension que j'avais effectivement, une très mauvaise période que je vivais à l'époque, entre Brice Hortefeux et d'autres, et moi". Et d'avoir ajouté que "c'était pas des menaces, c'est une retranscription".

Crédits photos : capture d'écran Dailymotion

Partager cet article