Primaire à gauche : Cambadélis déplore son rejet

Par , publié le
Politique
Jean-Christophe Cambadélis (PS)

Le Premier secrétaire du Parti socialiste Jean-Christophe Cambadélis a déploré que le projet de mener une primaire de toute la gauche ait été rejeté par cette dernière.

Il y a un peu moins d'un mois, le Premier secrétaire du Parti socialiste (PS) Jean-Christophe Cambadélis s'inscrivait en faveur d'une primaire à gauche, tout en indiquant qu'elle apparaissait "peu probable" à ses yeux bien que "pas impossible" dans le même temps.

M. Cambadélis était reçu mardi à RFI. Il y a notamment déclaré regretter le rejet, par la gauche du PS, de son projet de "primaire de toute la gauche", et d'ajouter que même l'exécutif pourrait y prendre part en adoptant un "statut spécial".

Cambadélis : "si on fait une primaire de toute la gauche, alors ça vaut peut-être le coup"

Le Premier secrétaire du PS déplore pourtant des voix discordantes sur le sujet : "On est dans une contradiction : on nous dit 'il faut que le président participe à la primaire', d'autres nous disent 'il ne peut pas participer à la primaire vu la politique qu'il a menée', les troisièmes disent 'c'est complètement dingue qu'il participe à une primaire entre deux attentats et trois rendez-vous internationaux'. Il faut essayer de faire rentrer tout le monde. Ce que je dis moi, c'est que si on fait une primaire de toute la gauche, alors ça vaut peut-être le coup, et puis on aura un statut spécial pour le président de la République".

Une participation de François Hollande sous un "statut spécial" ?

Et de poursuivre sans pour autant se montrer finalement plus convaincu que cela par la possibilité d'une telle réunion : "Je suis pour une primaire de toute la gauche et pour une fois le Parti socialiste est unanime sur cette question. Mais je constate que Pierre Laurent [NDLR : PCF] dit 'ce n'est pas possible de faire venir dans cette primaire François Hollande par exemple ou un candidat socialiste, il faudrait travailler à une alternative'. [Jean-Luc] Mélenchon [NDLR : Parti de gauche] dit 'je n'en veux pas' et Cécile Duflot [NDLR : EELV] n'est pas loin de penser la même chose. Donc c'est quand même peu probable qu'on mette tout le monde autour de la table pour faire une primaire de toute la gauche. C'est dommage. Parce que la gauche unie gagne les élections".

Crédits photos : Capture écran Youtube / Itélé

Partager cet article

Pour en savoir plus