Primaire à gauche : "avancer et éviter le double langage" pour Pierre Laurent

Par , publié le | modifié le
Politique Pierre Laurent
Pierre Laurent

Le premier secrétaire du PCF Pierre Laurent soutien l'appel d'une primaire à gauche, nécessaire selon celui pour que cette dernière réponde efficacement aux projets de la droite.

En début de mois, le premier secrétaire du Parti socialiste (PS) Jean-Christophe Cambadélis avait déploré le rejet d'une primaire à gauche, évoquant des divergences du côté de Pierre Laurent, Jean-Luc Mélenchon ou encore Cécile Duflot.

Et si le premier secrétaire du Parti communiste français (PCF) avait alors invité la gauche à réfléchir à une alternative en raison de l'impossibilité, selon lui, "de faire venir dans cette primaire François Hollande par exemple ou un candidat socialiste", Pierre Laurent apparaît aujourd'hui, dans un entretien accordé à Libération, favorable à une primaire de la gauche tout court.

Pierre Laurent : "La gauche a besoin d’une primaire pour débloquer le système politique actuel"

Les décideurs du projet sont partis à la rencontre des partis et des citoyens, et de l'intention initiale est née un comité d'organisation. Et en dépit d'une entente pas forcément au beau fixe de part et d'autre, Pierre Laurent veut croire en la pertinence d'une telle primaire : "La gauche a besoin d’une primaire pour débloquer le système politique actuel et organiser une irruption citoyenne dans le débat. Il y a une double urgence  : le risque de victoire de la droite et de l’extrême droite et celui de l’élimination de la gauche. [...] Donc, pour gagner, il faut un candidat commun sur des engagements de gauche. Si la primaire échoue, on va se retrouver piégés dans un choix entre la droite, le FN ou Hollande. Ce n’est pas possible. Je ne m’y résous pas." Et de brandir l'exemple, néfaste à ses yeux, donné par le PS : "Désormais, il faut avancer et éviter le double langage, à l’image du Parti socialiste, qui joue la montre. Avec eux, ça commence toujours pas pour 'pourquoi pas', et ça se termine par 'sûrement pas'".

Présidentielle 2017 : la candidature de Jean-Luc Mélenchon incomprise

Le premier secrétaire du PCF appelle dans le même temps Jean-Luc Mélenchon, qui s'est récemment déclaré candidat à la prochaine présidentielle, à cesser de faire cavalier seul :  "je ne m’explique toujours pas cette démarche qui consiste à annoncer seul sa candidature sans en parler avec les forces du Front de gauche. L’incompréhension qui est la mienne est largement partagée au Front de gauche. Ce qui pose problème, ce n’est pas sa candidature, mais qu’il se lance tout seul, en nous ignorant. J’ai toujours en mémoire ce qui a fait la force de notre candidature en 2012  : l’élan collectif, la patience, la persévérance et notre programme, 'L’Humain d’abord', vendu à plus de 400 000 exemplaires. [...] On ne peut pas aller à la présidentielle comme on irait à l’abattoir. Nous n’y parviendrons pas si chacun part seul dans son couloir. Donc, j’appelle Jean-Luc à revenir dans un processus ­collectif."

Crédits photos : Capture DailyMotion

Partager cet article