Primaire à droite : les militants UDI disent "non"

Par , publié le | modifié le
Politique Jean-Christophe Lagarde sur le plateau d'On est pas couché en 2014.
Jean-Christophe Lagarde sur le plateau d'On est pas couché en 2014.

Les militants centristes invités à se prononcer sur une participation du parti à la primaire à droite ont très largement indiqué leur désaccord.

Les militants de l'UDI étaient réunis à Versailles dimanche pour se prononcer sur une participation du parti à la primaire à droite avec Les Républicains, visant à désigner un candidat à la présidentielle. Sans surprise, ils ont rejeté cette éventualité par 66,65% des voix.

1.500 membres à jour de cotisation participaient par leur présence à ce congrès, tandis que depuis mardi dernier, les 23.000 militants pouvaient voter à ce sujet via Internet.

UDI et primaire : le "non" de Lagarde largement suivi

A l'annonce du résultat, des applaudissements se sont fait entendre, saluant aussi le président Jean-Christophe Lagarde à son arrivée à la tribune. "Nous ne pouvions pas nous engager dans la primaire sans être sûrs qu'il y ait un pacte d'alternance", a-t-il déclaré, rappelant l'échec des négociations entreprises avec Nicolas Sarkozy.

Ces discussions avaient échoué en raison d'un manque d'accord sur le programme politique à présenter, ainsi que sur le "pacte de gouvernance" commun.

Jean-Christophe Lagarde ne craint pas un éclatement droite-centre

"Je préfère l'éclatement à l'effacement. Ça ne peut pas être un chantage permanent entre l'effacement et l'éclatement. S'il n'y a pas de coalition et pas de compromis, l'effacement n'est pas une solution", avait dit il y a quelque temps Lagarde à des journalistes. Pour autant, le mot de "divorce" entre les deux formations politiques ne peut pas être prononcé : devant les caméras d'iTélé, il rassure : "Il est simplement question que, pour construire une coalition il faut discuter. Ça n'a pas pu être possible parce qu'il y a des divergences au sein des Républicains".

Désormais, mandat a été donné au bureau exécutif du parti centriste, afin de préparer "dès à présent" une projet présidentiel et législatif. Quant à savoir si l'UDI souhaitera présenter son propre candidat à l'échéance de 2017, la question n'est donc pas tranchée.

Crédits photos : Capture écran Youtube

Partager cet article

Pour en savoir plus