Primaire à droite : NKM aurait douté de la féminité de MAM

Par , publié le | modifié le
Politique Nathalie Kociusko-Morizet invitée de la radio RTL le 4 décembre 2015
Nathalie Kociusko-Morizet invitée de la radio RTL le 4 décembre 2015

La députée de l'Essonne Nathalie Kosciusko-Morizet aurait indiqué à un élu parisien que Michèle Alliot-Marie n'était "pas une femme". Des propos que l'ex-ministre de l'Écologie dément aujourd'hui avoir tenus.

La primaire à droite est-elle appelée à manquer de composantes féminines ? Voilà une crainte que la députée de l'Essonne et candidate au scrutin Nathalie Kosciusko-Morizet aurait ainsi émise auprès d'un élu de Paris.

Et nos confrères du Figaro de rapporter que l'interlocuteur de l'ancienne ministre lui aurait répondu : "Mais il va bientôt y avoir Michèle Alliot-Marie". Sans que l'on sache sur quel ton NKM a alors répliqué à l'élu parisien, la réponse de la candidate à la primaire aurait été : "MAM n'est pas une femme !"

NKM et Nadine Morano bientôt rejointes par MAM à la primaire à droite ?

Rappelons en effet que Michèle Alliot-Marie avait précédemment fait savoir qu'elle communiquerait sa possible candidature à la fin du mois d'avril. NKM a réagi à cette publication sur le réseau Twitter en y signifiant qu'il était question ici d'un "buzz stupide, sur une déclaration inventée".

Pour en revenir au nombre de candidats féminins à la primaire à droite, il apparaît effectivement pour l'heure assez faible. Outre Nathalie Kosciusko-Morizet, ne figure ainsi que la députée européenne Nadine Morano comme autre femme dans la liste des candidats à l'élection.

Douze candidats déjà officiellement déclarés

On compte actuellement douze candidats officiels à la primaire de la droite et du centre. En plus de NKM et Nadine Morano, se sont ainsi déclarés participants le député de Seine-et-Marne Jean-François Copé, l’ex-Premier ministre François Fillon, le vice-président de la région Île-de-France Geoffroy Didier, l’entrepreneur Hassen Hammou, le maire de Bordeaux Alain Juppé,, le député de l’Eure Bruno Le Maire, le député des Français établis hors de France Frédéric Lefebvre, le député de la Drôme Hervé Mariton ainsi que les députés des Yvelines Jacques Myard et Jean-Frédéric Poisson.

Le mois dernier, le député Thierry Solère avait déclaré que si la primaire à droite devait ne pas comporter de femmes, "ça soulignerait que les quelques femmes qui potentiellement auraient pu être candidats à l'élection présidentielle, leur chemin les a éloignées".

Crédits photos : capture d'écran YouTube

Partager cet article