Présidentielles américaines : Donald Trump évoque sa possible défaite

Par , publié le
International Le candidat américain à la Maison Blanche Donald Trump en campagne à Fort Lauderdale, en Floride, le 10 août 2016
Le candidat américain à la Maison Blanche Donald Trump en campagne à Fort Lauderdale, en Floride, le 10 août 2016

En difficulté dans les sondages et pressé par son propre camp de changer sa stratégie dans le duel qui l'oppose à Hillary Clinton, Donald Trump semble figé et évoque sa possible défaite.

Donald Trump a toujours soigné l'image de gagnant qui lui colle à la peau. Sa campagne durant les primaires républicaines avait été placée sous le signe de l'agressivité et de la conquête. Cela lui avait permis de balayer ses adversaires. Le milliardaire semble cependant, depuis son duel avec Hillary Clinton, marquer le pas et accuser le coup au point d'envisager une possible défaite, impensable pour lui il y a quelques mois encore.

Donald Trump pourrait-il s'écrouler avant la dernière ligne droite ?

Le candidat à la maison blanche est en chute libre dans les sondages. Les attaques fusent de partout, y compris depuis son propre camp. Pressé de changer sa stratégie dans le duel qui l'oppose à l'ex première dame américaine, le milliardaire s'y refuse au grand dam de sa famille politique. Interrogé par la chaîne de télévision NBC, le candidat explique qu'il n'entend pas changer de stratégie : "Je vais juste continuer à faire ce que je fais". Dans une interview au magazine "Time", le candidat justifiait le ton de sa campagne : "J'écoute des gens qui me disent d'être moins agressif, plus gentil, moins brutal. OK, je veux bien. Mais personnellement, je ne suis pas sûr que ce soit ce que veut le pays ".

Les mauvais sondages dans différents Etats particulièrement importants ainsi que dans certains qui sont traditionnellement des bastions pour son parti politique amènent cependant le magnat de l'immobilier à évoquer une possible défaite : "Si dans quatre-vingt-dix jours je finis second, alors que je suis censé être le plus intelligent et avoir beaucoup de bonnes idées, ce ne sera pas si grave. Je retournerai à une vie très douce". Une hypothèse pourtant encore inenvisageable pour le milliardaire qui dénigre ceux qu'il appelle les "loosers".

Les médias coupables de sa chute dans les sondages

Hier, Donald Trump s'en est violemment pris aux médias via des tweet agressifs qu'il juge responsable des polémiques dont il fait l'objet et de ses déboires dans la campagne. La publication par le journal "New York Times" d'informations donnant son équipe de campagne gagnée par le doute a provoqué l'ire du candidat à la maison blanche.

Le magnat de l'immobilier estime que sa rivale est "protégée par les médias" et que ceux-ci sont responsables des mauvais sondages qui lui sont attribués. Le milliardaire estime que sans le biais des médias, celui-ci devancerait Hillary Clinton "de 20 points".

Crédits photos : © AFP/Archives Gaston De Cardenas

Partager cet article

Pour en savoir plus