Présidentielle : Antoine Waechter y retourne en 2017

Par , publié le | modifié le
Politique Antoine Waetcher
Antoine Waetcher

L'ancien eurodéputé écologiste et candidat malheureux à la présidentielle de 1988 a annoncé sa candidature en vue de l'échéance présidentielle de 2017. Il espère attirer autour de lui les écologistes qui refusent l'alliance avec le PS.

La liste des prétendants écologistes pour les élections 2017 ne cesse de s'allonger. Déjà, Cécile Duflot, Noël Mamère et peut être Nicolas Hulot qui admet y "réfléchir" sont prêts à relever le défi vert pour les prochaines élections présidentielles. Il faudra donc compter désormais aussi avec Antoine Waechter, le président fondateur du Mouvement écologiste indépendant, un mouvement dissident d'Europe Ecologie Les Verts à qui le candidat reproche trop de consensus et des liens trop étroits avec le PS.

Antoine Waechter espère fédérer le peuple de l'écologie

L'ancien député européen et ex-conseiller régional Alsace annonce sa candidature après avoir été désigné par le conseil national du Mouvement écologiste indépendant : "Face à la situation difficile que traverse l'écologie politique au niveau national, le Conseil national des Écologistes m'a convaincu de me porter candidat à l'élection présidentielle de 2017".

Le candidat explique par ailleurs, depuis Mulhouse : "J’ai fini par accepter de rempiler, de refaire à nouveau une candidature, pour essayer de bousculer le peuple de l’écologie, de faire en sorte qu’il se ressaisisse et veuille bien considérer que l’écologie politique ne sortira pas de la crise si elle continue à jouer le rôle de vassal par rapport au suzerain socialiste".

Le retour du candidat malheureux des élections de 1988

Antoine Waechter s'était déjà présenté aux élections présidentielles de 1988. Il n'avait avec son jeune parti recueilli que 3.78% des suffrages. En 2007, il avait aussi tenté de nouveau sa chance, mais faute de pouvoir obtenir le minimum de 500 parrainages nécessaires, il avait dû abandonner sa campagne en cours de route.

Cette fois, l'alsacien âgé de 68 ans entend bien aller jusqu'au bout et ironise au sujet de ses camarades d'Europe Ecologie Les Verts qui tardent une fois de plus à se décider : "Nous avons décidé d'affirmer, dès maintenant, deux positions non négociables : il y aura un candidat écologiste en 2017 et ce candidat devra incarner avec sincérité l'identité politique de l'écologisme".

Partager cet article

Pour en savoir plus