Présidentielle 2017 : Sarkozy ne devrait pas se représenter selon Debré

Par , publié le
Politique
Bernard Debré

Invité vendredi de l'émission "Parlement Hebdo", le député Les Républicains Bernard Debré a appelé à ce que Nicolas Sarkozy ne se représente pas lors de la prochaine présidentielle du fait de ses déboires actuels.

Depuis son retour sur la scène politique via le changement de direction de l'UMP (avant sa transformation en "Les Républicains"), il semble presque évident que l'objectif à long terme de Nicolas Sarkozy est de succéder à François Hollande en qualité de président de la République.

Et si le leader des Républicains pourrait possiblement se porter candidat à la présidentielle 2017, l'image que cette situation renverrait, notamment à l'international, ne serait pas des plus reluisantes selon le député Les Républicains (LR) Bernard Debré. Reçu vendredi sur LCP et Public Sénat, le député de Paris y a ainsi appelé Nicolas Sarkozy à ne pas se représenter l'année prochaine.

Debré ne conçoit pas de revoir Sarkozy contre Hollande

"Déjà il y avait une jurisprudence qui disait que quand un ministre est mis en examen, quelles que soient les raisons et quelles que soient les conséquences, il devait démissionner. Vous voyez [...] un ancien président de la République se représenter contre [...] le même candidat qui l'avait battu François Hollande, se représenter alors qu'il est mis en examen deux ou trois fois ?" Et M. Debré d'appeler ensuite à "un peu plus de politique, comment dirais-je, saine et compréhensive".

Sarkozy devrait quitter la tête des Républicains pour le député LR

Et à la question de savoir si Nicolas Sarkozy peut tout de même prétendre à conserver la tête des Républicains, l'ex-ministre de la Coopération sous François Mitterrand répond par la négative :  "Non, c'est la même chose. [...] Nicolas Sarkozy ne devrait pas se présenter aux élections présidentielles. Et qu'il en tire les conclusions complètes. Qu'il s'en aille des Républicains ou alors qu'il nous dise : 'je ne suis pas candidat mais je vais les organiser [NDLR : les primaires de novembre] avec les uns ou les autres'". Bernard Debré demande enfin "qu'on arrête de nous imposer des investitures, de nous imposer le programme de Nicolas Sarkozy. [...] Nous allons pas rejouer 2012, [...] on va être la risée du monde entier. Et puis, on le voit, actuellement, alors on ne fait pas évidemment une élection par des sondages, mais les Français le rejettent".

Crédits photos : capture d'écran

Partager cet article