Présidentielle 2017 : pour Montebourg, Hollande ne doit pas être candidat

Par , publié le
Politique
Arnaud Montebourg sur BFMTV le 23 août 2016

Désormais officiellement candidat à la présidence de la République française, l'ex-ministre Arnaud Montebourg a notamment appelé à ce que François Hollande ne soit pas du scrutin en raison d'un bilan bien trop négatif de l'exécutif.

Il faudra compter avec l'ancien ministre du Redressement productif Arnaud Montebourg pour animer, avec d'autres candidats, la présidentielle 2017. L'entrepreneur a en effet annoncé il y a quelques jours qu'il prendra part au scrutin. Et alors que François Hollande s'attend à retrouver Nicolas Sarkozy l'année prochaine, Arnaud Montebourg estime que cette opposition "donne le sentiment d'un sur-place pour le pays".

Mardi sur BFMTV, il a indiqué qu'à son sens, le peuple français souhait un renouvellement dans les forces souhaitant le gouverner : "On a un rejet de la société par rapport à la redite de ce qu’il s’est passé en 2012. Les Français ne veulent pas voir rejouer ce qui s’est passé en 2012. [...] On a perdu beaucoup de temps et nous avons besoin maintenant d’affronter notre avenir et de gagner du temps".

Montebourg, déjà de la présidentielle, pourrait être de la primaire

M. Montebourg a d'ailleurs ajouté qu'il pourrait également être de la primaire à gauche, si toutefois plusieurs conditions étaient réunies : "Nous demandons les mêmes conditions que 2011, c'est-à-dire 10.000 bureaux de vote, voilà, une neutralité du Parti socialiste qui n'a pas à se prononcer pour tel candidat ou tel autre, mais qui organise le débat, voilà, c'est tout ce qu'on demande".

Hollande, un bilan trop "négatif" pour être candidat

L'ex-ministre a également signifié son désir de ne pas voir François Hollande se présenter à sa propre succession. Une intention qu'il a adressée à l'exécutif : "Le moment est venu d’assurer le renouvellement des projets, des hommes et des femmes. Sinon, nous risquons un 21 avril puissance 20 [...] Nous ne pouvons pas battre Nicolas Sarkozy avec un bilan aussi négatif".

Si la présence de l'actuel chef de l'État à la présidentielle lui apparaît donc peu appropriée, Arnaud Montebourg semble en tout cas s'attendre à ce que le chef des Républicains s'élève au-dessus des autres candidats, et ce malgré les déboires judiciaires qu'il a connus depuis son départ du pouvoir.

Crédits photos : capture d'écran Dailymotion

Partager cet article