Présidentielle 2017 : Cohn-Bendit veut Macron pour prévenir un 2nd tour Sarkozy-Le Pen

Par , publié le
Politique Daniel Cohn-Bendit sur franceinfo le 22 septembre 2016
Daniel Cohn-Bendit sur franceinfo le 22 septembre 2016

Jeudi, l'ancien député européen Daniel Cohn-Bendit a évoqué l'horreur que représenterait pour lui un second tour de la présidentielle 2017 opposant Nicolas Sarkozy à Marine Le Pen. Et d'encourager Emmanuel Macron à se présenter au scrutin pour éviter ce duel.

Dans moins d'un an, soit la France entrera dans une nouvelle ère, soit elle poursuivra son aventure avec François Hollande pour cinq années supplémentaires. Pour l'heure, l'actuel président de la République n'a toujours pas confirmé ou infirmé sa candidature à sa propre succession.

Il n'est d'ailleurs pas le seul à laisser planer le douter sur une participation au scrutin. S'étant officiellement détaché du gouvernement pour mener au mieux son mouvement En marche !, Emmanuel Macron fait ainsi partie de ces politiques pressentis pour alimenter les débats de la présidentielle 2017. Et parmi celles et ceux qui espèrent davantage qu'une figuration de l'ancien ministre, l'ex-député européen Daniel Cohn-Bendit.

Macron "peut mieux faire" sur l'écologue selon COhn-Bendit

Jeudi sur l'antenne de franceinfo, le fondateur d'EELV (Europe Écologie Les Verts) a indiqué quel serait pour lui le pire duel du second tour : "Le cauchemar pour moi, c'est un 2e tour Sarkozy-Marine Le Pen". Et d'ajouter que "cela fait 46% à 50% d'abstention".

Et quand on lui a demandé si Emmanuel Macron serait à même de prévenir cette opposition, Daniel Cohn-Bendit a répondu : "Je le crois". Et s'il dit l'encourager à présenter sa candidature, l'ancien député européen appelle dans le même temps l'ex-ministre de l'Économie à densifier "son discours. Il faut qu'il y ait des propositions qui musclent l'histoire qu'il nous raconte, la vision qu'il a pour la France, pour l'Europe. [...] Sur l'écologie, [il] peut mieux faire."

Sarkozy obligatoirement au second tour ?

Dans le cas de figure où Nicolas Sarkozy remporterait, en novembre prochain, la primaire de la droite, Daniel Cohn-Bendit ne voit pas en François Hollande le salut de la gauche :

"Le centre droit est orphelin, le centre gauche, est-ce qu'il va se replier derrière Hollande ? Non. Donc, vous avez un espace. Si Macron sort des sondages à 3%, 4% derrière Sarkozy, tous ceux qui s'étaient repliés encore derrière François Bayrou filent vers Macron, tous ceux qui se replient un peu derrière Hollande filent vers Macron et il est à touche-touche avec Nicolas Sarkozy au premier tour".

Crédits photos : capture d'écran franceinfo

Partager cet article