Pologne : le pape demande aux jeunes de ne pas rester à végéter

Par , publié le
International Le pape François dans le Campus  Misericordiae à Brzegi, en Pologne, le 30 juillet 2016
Le pape François dans le Campus Misericordiae à Brzegi, en Pologne, le 30 juillet 2016

Devant plus d'un million de jeunes gens venus participer aux Journées Mondiales de la Jeunesse (JMJ), le pape à enjoint les jeunes à ne pas rester à végéter sur le divan étourdis par les jeux vidéo.

C'est en fin d'après-midi hier à Brzegi, près de Cracovie, en Pologne, que le pape François s'est adressé au million de jeunes venus participer aux Journées Mondiales de la Jeunesse (estimation du service de sécurité) dont environ 35.000 français. Le saint père a mis en garde les jeunes de ne pas rester à végéter et de ne pas confondre le "divan et le bonheur". A moins de 24 heures de la fin du grand rassemblement des jeunes chrétiens, le pape a enjoint les jeunes à ne pas écouter les sirènes du confort et de l'abrutissement.

Nous ne sommes pas là pour végéter

Malgré un emploi du temps particulièrement chargé depuis sont arrivée en Pologne, le souverain pontife a appelé les jeunes à ne pas rester à végéter dans : "un divan qui nous aide à nous sentir à l'aise, tranquilles, bien en sécurité. Un divan - comme il y en a maintenant, modernes, avec des massages y compris pour dormir - qui nous garantissent des heures de tranquillité pour nous transférer dans le monde des jeux vidéo et passer des heures devant l'ordinateur.(...) Sans nous en rendre compte, nous nous endormons, nous nous retrouvons étourdis et abrutis tandis que d'autres - peut-être plus éveillés, mais pas les meilleurs - décident de l'avenir pour nous".

Usant d'un ton plus alarmiste, le pape François a ajouté : "Le temps que nous vivons aujourd'hui n'a pas besoin de jeunes-divan, mais de jeunes avec des chaussures, mieux encore, chaussant des crampons", ajoutant : "Nous ne sommes pas venus au monde pour -végéter-... mais pour laisser notre empreinte".

Une paralysie dangereuse et souvent difficile à identifier

Le saint père a exhorté les jeunes à ne pas sombrer dans une paralysie "dangereuse et souvent difficile à identifier" qui "naît lorsqu'on confond le bonheur avec un divan". Le discours du souverain pontife a laissé certains jeunes dans la confusion, comme s'il annonçait de mauvais présages à venir et que des choses se tramaient en coulisses.

D'autres, plus enthousiastes, y ont lu une demande à se focaliser sur des sujets et des activités plus bénéfiques que l'abrutissement des jeux vidéo et de la télévision.

Crédits photos : © AFP FILIPPO MONTEFORTE

Partager cet article

Pour en savoir plus