Policiers tués à Magnanville : Valls ne prévoit pas d'adopter "une nouvelle mesure"

Par , publié le
Politique Manuel Valls
Manuel Valls

Tout en témoignant son émotion face au drame des deux policiers tués lundi à Magnanville, le Premier ministre Manuel Valls a signifié qu'il n'y aura pas de nouvelles mesures de prises afin d'assurer une meilleure sécurité des forces de l'ordre.

Lundi soir à Magnanville (Yvelines), un policier et son épouse ont été tués à l'arme blanche à leur domicile par un individu précédemment condamné en 2013 pour terrorisme. Mardi, le Premier ministre Manuel a communiqué sa réaction à ce drame alors qu'il s'apprêtait à prendre place à l'Assemblée nationale dans le cadre de la réunion hebdomadaire du groupe socialiste.

"J'ai été profondément ému et je le suis encore, marqué par cet acte effrayant et par le meurtre de ce couple de policiers, tués chez eux, en présence de leur enfant". Dans des propos rapportés par nos confrères du Figaro, il a répondu aux demandes de nouvelles mesures pour assurer une meilleure sécurité aux forces de l'ordre.

Manuel Valls encore "profondément ému" par le meurtre des deux policiers

M. Valls a ainsi signifié que "des mesures ont déjà été prises pour la protection des policiers", et qu'il ne peut être question d'"adopter à chaque fois une nouvelle mesure" après une tragédie policière. Et de rappeler malgré tout une mobilisation complète de tous les moyens actuellement disponibles pour prévenir ce type d'actes :

"Mais nous voyons bien que nous sommes face à des modes opératoires, à des attaques de différents ordres qui incitent bien sûr à la prudence et à mettre en œuvre tous les dispositifs que nous avons déjà adoptés".

"C'est une menace globale que nous combattons"

Le Premier ministre a poursuivi en indiquant que "ce couple de policiers, sans doute, attendons les éléments de l'enquête, a été ciblé parce qu'ils sont précisément policiers".  Et d'ajouter que "ce sont eux qui défendent la République, qui incarnent l'État de droit".

Manuel Valls a enfin appelé tout un chacun à faire preuve de patience dans le combat mené contre le terrorisme : "Et puis nous faisons face à une menace globale. Le terrorisme s'attaque aux États-Unis, nous l'avons vu avec cette tuerie effrayante à Orlando, à la France une nouvelle fois, avec des modes opératoires qui sont différents. C'est une menace globale que nous combattons. Nous sommes en guerre contre le terrorisme, face à cela il faut l'unité, il faut le rassemblement, il faut continuer cette lutte, ça prendra du temps".

Crédits photos : Frederic Legrand - COMEO / Shutterstock.com

Partager cet article

Pour en savoir plus