Les policiers pourront désormais porter barbes et tatouages

Par , publié le | modifié le
Société Illustration. Un tatouage.
Illustration. Un tatouage.

Unité SGP Police-FO vient enfin d'obtenir de l'administration policière l'autorisation pour ses hommes d'arborer barbes et tatouages. Un droit pour lequel le syndicat se battait depuis deux ans. Une autorisation soumise cependant à certaines restrictions.

Si le syndicat Unité SGP Police-FO ne nous a que tout récemment informés de la nouvelle, c'est bien le 17 juin dernier qu'il a finalement obtenu, de l'administration policière et en comité tchnique, le droit pour ses hommes de porter barbes et tatouages. Une récompense pour le syndicat s'étant livré à deux ans de négociations dans l'espoir d'atteindre ce but.

Yves Lefebvre, secrétaire national du syndicat chargé des conditions de travail, explique que "si on veut une police au plus près de la population, il faut s’adapter aux évolutions de la société et rénover le règlement qui date de 1974". Nos confrères des Échos rappellent ainsi que ce règlement interdisait la barbe, sauf si un certificat médical attestait de sa nécessité.

Tenue des policiers : une barbe "propre et bien taillée"

Les policiers ne pourront cependant pas se présenter avec toutes sortes de tatouages et de barbes. Au sujet de ces dernières, Yves Lefebvre indique que "la barbe doit être propre et bien taillée, on ne veut pas de barbes de légionnaires." En ajoutant, concernant les tatouages : "Un chef de service laissait ou non la possibilité à ses hommes de porter des tatouages. Aujourd’hui, les tatouages sont autorisés, à condition qu’il n’aient aucune connotation ou provocation."

Pas de tatouages provocants ou choquants

En d'autres termes, cela signifie que ces tatouages ne doivent comporter aucun caractère "raciste, politique, religieux, xénophobe..." Le secrétaire national de Force Ouvrière ne semble cependant pas prévoir de sanction ni même le renvoi d'un agent si celui-ci venait à révéler un tatouage à même de heurter la sensibilité publique : "Si on devait rencontrer ce genre de tatouage, l’agent devra le masquer durant son service, à l’aide d’un manchon par exemple."

Crédits photos : Creatista/shutterstock.com

Partager cet article

Pour en savoir plus