Pokémon Go, un outil d'espionnage à l'échelle mondiale ?

Par , publié le
Jeux vidéo
Joueur de Pokémon GO

John Hanke, propriétaire de la firme à l’origine de Pokémon Go, est au cœur d’un des plus gros scandales de vols de données privées de l’histoire du web.

Le succès de Pokémon Go ne semble pas prêt à s’essouffler. Le jeu de chasse aux monstres virtuels de Niantic est en train de battre tous les records avec déjà plus de 11 millions d’utilisateurs dans le monde et des recettes énormes.

Un tel engouement a son revers de la médaille et le jeu est attaqué de toute part par ses détracteurs, mais le dernier scandale en date risque de faire beaucoup de bruit. Selon une enquête du magazine The Intercept, le passé trouble John Hanke, président de Niantic, devrait nous alerter sur la manière dont Pokémon Go nous espionne au quotidien.

Pokémon Go : un outil d’espionnage

Si vous n’avez pas pris le temps de le faire, nous vous conseillons de vous rendre sur les conditions générales d’utilisation de Pokémon Go pour voir à quel point le jeu de Niantic s’autorise à piocher dans nos données d’utilisation. Localisation ou encore accès à la caméra de votre smartphone, le jeu peut allègrement piocher dans votre vie privée, notamment si vous vous connectez grâce à un compte Google.

Des autorisations que demandent de nombreuses applications, mais concernant Pokémon Go, les choses sont d’autant plus troublantes que Niantic, la firme qui détient le jeu, appartient à John Hanke, un homme impliqué dans l’un des plus gros scandales de surveillance de l’histoire du web.

John Hanke : un homme au passé sulfureux

En 2010, John Hanke était à la tête de Google Maps à une époque ou les véhicules de Street View étaient accusé de s’introduire dans les réseaux wifi privés pour enregistrer en secret de nombreuses informations comme l’activité de réseaux Internet privés, les mots de passe, les e-mails et même des dossiers médicaux ou des dossiers bancaires. À l’époque, John Hanke avait indiqué ne rien savoir des activités de Google, accusant alors l’un de ses ingénieurs.

Aux États-Unis, l’organisation de protection de la vie privée Epic a commandité une enquête de la FTC sur la collecte des données des joueurs de Pokémon Go. Nous ne sommes donc peut-être qu’à l’aube d’un scandale de grande ampleur.

Crédits photos : capture d'écran YouTube

Partager cet article