Pokémon Go : Les anti-IVG récupèrent le phénomène

Par , publié le | modifié le
Société "Pokémon GO"
"Pokémon GO"

Le groupe anti-IVG « Les Survivants » tente de surfer sur la vague « Pokémon Go » afin de faire passer son message.

Cela n’a pas pu vous échapper, Pokémon Go est LE phénomène du jeu mobile du moment. Pas étonnant dès lors de voir de nombreuses marques et organisations profiter de l’engouement autour du jeu dans leur politique de communication.

Toujours à très habile lorsqu’il s’agit de faire le buzz, les associations anti-IVG n’ont donc pas manqué de récupérer l’engouement autour du jeu de Niantic dans une campagne contre l’avortement baptisée # SauvezPikachu.

« Et si Pikachu n’était jamais né ? »

Depuis quelques semaines, le groupe anti-IVG « les Survivants » fait de plus en plus parler de lui. Son postulat de départ, à cause de la loi sur l’avortement de 1974, chaque enfant né en France avait une chance sur cinq de ne pas venir au monde... D’où ce nom des « Survivants ».

La dernière campagne des Survivants utilise donc Pokémon Go pour faire passer leur message en deux temps. Tout d’abord, des pochoirs sont peints dans les rues de Paris. En consultant le site web affiché sur ces derniers à l’aide d’un smartphone, on se retrouve alors dirigé vers une application qui nous raconte l’histoire d’un Pikachu et sa compagne qui attende un petit. Plusieurs personnages du jeu interviennent alors pour les convaincre d’arrêter le développement de l'oeuf.

Impliquer le joueur

À la fin, le jeu demande au joueur de faire un choix... Faut-il ou non faire éclore l’œuf ? Si ce dernier répond oui, il sera félicité, sinon, l’application fera culpabiliser le joueur en lui indiquant qu’il vient finalement de tuer Pikachu. Dans les deux cas, le site rappelle le message de l’organisation « Dans la vraie vie, un enfant sur cinq se voit privé du droit de vivre ».

Bien évidemment, si la campagne divise, notamment sur les réseaux sociaux, elle aura au moins atteint son but premier. Faire parler du mouvement coûte que coûte.

Crédits photos : capture d'écran YouTube

Partager cet article

Pour en savoir plus