Playboy "renoue avec son identité" et les photos de femmes nues

Par , publié le
Culture
Femme nue

Alors que le magazine Playboy avait renoncé, fin 2015, à intégrer des photos de femmes nues, la décision a été prise de faire revenir ce type de clichés au sein de la publication.

Pendant plusieurs dizaines d'années, Playboy a renfermé dans ses pages des créatures peu vêtues voire en tenue d'Eve. Jusqu'à fin 2015-début 2016 où la nudité a ainsi été priée de se rhabiller. En octobre 2015, le directeur général de Playboy Enterprises de l'époque, Scott Flanders, avait justifié ce choix par le souhait d'une audience élargie.

Une voie encouragée par les satisfaisants chiffres enregistrés par Playboy dans sa version internet, où les femmes en effet n'apparaissent jamais nues, au contraire même. Ce risque a-t-il été payant ? Pas vraiment au vu du revirement pris par le magazine. La direction a ainsi annoncé lundi qu'à compter du numéro de mars-avril, Playboy comportera de nouveau des clichés de femmes nues.

Femmes nues dans Playboy : de retour pour mars-avril

Pour rappel, la dernière édition en date de Playboy à afficher de la nudité remonte à janvier-février 2016 avec Pamela Anderson en couverture. La publication était alors consciente du virage qu'elle prenait : "Oui, nous prenons un risque en renonçant au nu. Mais nous sommes une société qui a le risque dans son ADN".

Cooper Hefner, fils du fondateur de Playboy Hugh Hefner et désormais responsable de la création en lieu et place de son père, a déclaré que le magazine était allé trop loin : "Je serai le premier à reconnaître que la manière dont le magazine dépeignait la nudité était datée, mais la retirer entièrement a été une erreur."

"La nudité n'a jamais été le problème"

Cooper Hefner a poursuivi en affirmant que "la nudité n'a jamais été le problème parce que la nudité n'est pas un problème. Aujourd'hui nous renouons avec notre identité et assumons qui nous sommes". Et si aucun chiffre n'est disponible pour déterminer si le retrait de la nudité a été lourdement préjudiciable ou juste légèrement dérangeant pour Playboy, on peut imaginer que le magazine se montrera plus loquace si les lecteurs adhèrent en masse à cette "identité retrouvée".

Crédits photos : BlueSkyImage/shutterstock.com

Partager cet article