Pierre Menès ne souhaite pas "devenir un vieux con à la télé"

Par , publié le | modifié le
People Pierre Ménès
Pierre Ménès

Probablement le consultant sportif le plus acerbe de la maison Canal+, Pierre Menès a récemment déclaré ne pas vouloir pas demeurer éternellement à la télévision, au risque de "devenir un vieux con".

Visage indéboulonnable de la critique sportive acide mais pas forcément facile, Pierre Menès traine son expertise du milieu footballistique et son franc parler à la télévision depuis maintenant plus de dix ans. Désormais hébergé par Canal+ après plus ou moins quatre ans passés au sein de M6, le journaliste a récemment déclaré n'être pas intéressé par une longévité infinie sur le petit écran.

Et ce alors que l'intéressé vient de prolonger son contrat le liant avec la chaîne cryptée jusqu'en 2018. Cité par nos confrères de L'Équipe qui l'ont placé à la dixième place du classement réunissant les personnalités qui "font" le football français, Pierre Menès dit souhaiter s'éviter le piège d'une vieillesse peu reluisante : "Je ferai le point en 2020. Peut-être qu’il sera temps alors pour moi de prendre du recul… Je ne veux pas devenir un vieux con à la télé. Dans ma carrière de journaliste, j’ai parfois croisé des anciens un peu aigres, qui ont pu réagir avec peu de classe avec moi, et c’est le genre de comportement que je voudrais éviter. J’adore Molière mais je ne veux pas mourir sur scène."

Canal+ : Pierre Menès prolonge son contrat jusqu'en 2018 et fera "le point en 2020"

Et quand on lui demande si ses projets d'écriture (dont l'un va se matérialiser par un film réalisé par Fabien Onteniente) tendent à venir remplacer son actuelle activité de consultant TV, Pierre Menès répond par la négative : "Pas du tout, il s’agit d’opportunités que l’on m’offre… Je ne fais pas ça à la place de ce que je fais aujourd’hui, c’est simplement autre chose."

Arrivée de Vincent Bolloré à la tête de Canal+ : "la situation est exactement la même pour moi"

Enfin, sur la question d'une liberté supposément bridée par l'arrivée de Vincent Bolloré à la tête de Canal+, le journaliste sportif reconnaît n'avoir pas constaté de changement à titre personnel : "Je suis aujourd’hui hyper heureux dans ma vie professionnelle. Parce qu’on me laisse une totale liberté de ton. Depuis l’arrivée de Vincent Bolloré à la tête de Canal, il y a eu beaucoup de fantasmes, du 'Bolloré bashing', au point qu’aujourd’hui les salariés de la chaîne sont suspectés d’avoir été mis au pas, ou d’être des collabos, ou encore de ne pas avoir de courage, voire les trois en même temps. La vérité, c’est que ces derniers mois je n’ai pas eu le commencement du début d’une remarque me demandant d’édulcorer mes propos : la situation est exactement la même pour moi. Par exemple, j’ai toujours dit que la Coupe de la Ligue était inutile tant que notre Championnat conservait 20 clubs, et je ne vais pas changer d’avis parce que Canal a acheté les droits de cette compétition…"

Crédits photos : Xavier Lahache / Canal+ / Phototele.com

Partager cet article