Pierre Menès attend de retrouver sa joie de vivre

Par , publié le

C'est un Pierre Ménès encore convalescent qui s'est de nouveau exprimé dans les médias après avoir été transplanté d'un rein et d'un foie. Le journaliste sportif a reconnu n'avoir pas encore retrouvé sa voix ni sa joie de vivre.

Sa voix est déjà apparue plus claire, moins distante et fatiguée qu'elle ne l'était il y a encore quelques jours, où Pierre Menès revenait sur sa double greffe du rein et du foie en reconnaissant que sans cette intervention, il ne serait probablement plus de ce monde à l'heure qu'il est.

Lundi, le journaliste sportif bien connu des téléspectateurs du Canal Football Club (CFC) s'est de nouveau exprimé sur son aventure auprès de nos confrères d'Europe 1 : "C'était pas gagné, parce que plus les mois de patience augmentaient, plus mon état s'affaiblissait, notamment au niveau de mes vaisseaux. Quand j'ai été opéré le 12 décembre, j'étais à l'extrême limite de l'inopérable. Et il a fallu qu'il y ait quatre génies de chirurgiens pour me sortir de là."

Double greffe de Pierre Menès : "ma gratitude est immense"

Et si un médecin lui avait affirmé qu'il ne pourra jamais vraiment s'approprier ses nouveaux organes, Pierre Menès ne partage pas cette vision : "C'est une question que je me suis posée avant la greffe. [...] Je raisonne pas comme ça. C'est mon foie, c'est mon rein, maintenant je sais à qui je le dois et ma gratitude est immense." Et de remercier les proches du défunt lui ayant permis de rester en vie : "C'est le don ultime de donner la vie avec la mort d'un proche, c'est extraordinaire." 

"Il faut que je me retape pour que ça revienne"

Hospitalisé pendant encore vraisemblablement une quinzaine de jours, le journaliste attend désormais de retrouver l'usage de ses jambes ainsi que du ton qui le caractérise : "J'ai changé parce que pour l'instant, je suis pas guéri, j'ai pas ma voix, j'ai pas ma joie de vivre, j'ai pas mon côté corrosif et caustique que les gens connaissent, il faut que je me retape pour que ça revienne".

Pierre Menès n'exclut pas de revenir sur le plateau du CFC avant la fin de la saison, actuellement son "vœu le plus cher", même s'il se montrera une nouvelle fois patient si son retour doit intervenir à la rentrée prochaine.

Partager cet article

Pour en savoir plus