Photos de stars nues : un Américain a avoué le piratage

Par , publié le | modifié le
People Jennifer Lawrence au festival de Cannes en 2013
Jennifer Lawrence au festival de Cannes en 2013

Jennifer Lawrence nue, mais bien d'autres encore : il y a maintenant 18 mois, des dizaines de comptes Gmail et iCloud de stars féminines étaient piratés. Un Américain vient de passer aux aveux dans ce "Celebgate".

Dans la nuit du 30 août au 1er septembre 2014, le Celebgate secouait le monde people : des dizaines de photos intimes, appartenant "essentiellement à des célébrités féminines", comme le rappelle le bureau du procureur général de Californie, se déversaient alors sur Internet. Et pendant que les autorités tentaient à l'époque de faire supprimer les premières photos, d'autres arrivaient par vagues successives.

Les internautes pouvaient alors découvrir Jennifer Lawrence nue, mais aussi Rihanna, Kim Kardashian ou la mannequin Kate Upton faisaient partie des victimes. L'homme auteur de ce piratage a été retrouvé, et il est passé aux aveux.

Ryan Collins, auteur du piratage des célébrités

Après des mois d'enquête, le FBI a finalement mis la main sur le responsable, un Américain de 36 ans nommé Ryan Collins. Son mode opératoire s'apparentait alors à du phishing, le même dont tout un chacun peut être victime : grâce à des e-mails fortement ressemblants, il se faisait passer pour technicien Apple ou Google demandant la réactivation de leurs comptes de stockage, de manière à obtenir de ses célèbres victimes leur mot de passe.

Muni de ceux-ci, il n'avait plus qu'à s'introduire dans leur compte privé et voler ce qui l'intéressait, à savoir des photos intimes.

L'enquête se poursuit

Mais si Collins a bien avoué être à l'origine du phishing, il n'est pas dit pour autant que c'est lui qui a diffusé les centaines de photos. Les preuves sont insuffisantes, et l'enquête va tenter de le déterminer.

Quoi qu'il en soit, l'homme risque 18 mois de prison, un accord ayant été conclu entre lui et la justice. Un porte-parole du FBI a communiqué : "En accédant illégalement à des détails intimes de la vie privée de ses victimes, M. Collins a violé leur intimité et laissé beaucoup d'entre elles avec des séquelles émotionnelles, de l'embarras et une profonde sensation d'insécurité". L'actrice Jennifer Lawrence, ne disait guère autre chose en 2014 au magazine Vanity Fair : "C'est écœurant. Le fait que, lorsque quelqu'un se voit sexuellement exploité et violé, la première pensée de certains est d'en tirer profit me met hors de moi".

Crédits photos : Featureflash / Shutterstock.com

Partager cet article

Pour en savoir plus