Philae reparle avec Rosetta

Par , publié le | modifié le
Sciences Philae pris en photo par la sonde Rosetta lors de leur séparation, et avant atterrissage.
Philae pris en photo par la sonde Rosetta lors de leur séparation, et avant atterrissage.

Jeudi, le robot Philae a repris contact avec la sonde Rosetta pour une nouvelle discussion ayant duré 12 minutes, ce qui n'a pas manqué de rassurer l'Agence spatiale européenne.

Il y a maintenant un peu plus d'un mois, le robot Philae sortait d'un sommeil initié en novembre dernier. L'occasion pour les scientifiques de l'Agence spatiale européenne de "récupérer des signaux de sa part pendant deux minutes ainsi que 40 secondes de données", dixit le président du CNES (Centre national d'études spatiales) Jean-Yves Le Gall.

Une poignée d'heures plus tard, Philae établissait une conversation de 19 minutes avec la sonde européenne Rosetta. Et dans le but de parvenir à des communications de meilleure qualité, de manière à "pouvoir lancer les expériences comme prévu", les équipes de Rosetta avaient alors fait savoir leur intention de modifier le plan de vol de la sonde. On apprenait dans le même temps que Philae était désormais parfaitement apte à travailler la nuit grâce au réchauffement de sa batterie.

Philae : 12 nouvelles minutes de conversation avec Rosetta

Et un peu plus tôt dans la semaine, jeudi 9 juillet, le robot a pu transmettre de nouvelles données au centre des opérations de l'Agence spatiale européenne (ESA) basé à Darmstadt (Allemagne). Des informations que Philae avait précédemment recueillies en usant d'un instrument du nom de CONSERT. Ce dernier ayant pour mission d'analyser la structure interne de la comète Tchouri.

L'ESA se félicite de cette nouvelle prise de contact

Cette fois-ci, la discussion avec Rosetta s'est voulue plus courte (12 minutes), un détail qui n'a cependant pas eu l'air de tant chagriner que cela les scientifiques. Dans des propos rapportés par Reuters, Koen Geurts, officiant au centre des opérations spatiales de la NSA, est en effet apparu particulièrement satisfait de cette nouvelle prise de contact : "Ce signe de vie de Philae nous prouve qu'au moins un des moyens de communication de l'atterrisseur reste opérationnel et reçoit nos commandes."

Crédits photos : Nasa

Partager cet article

Pour en savoir plus