Des people nommés dans une fraude au permis de conduire

Par , publié le
People Photo d'illustration. Un permis de conduire.
Photo d'illustration. Un permis de conduire.

Le quotidien Le Parisien révèle que certains noms bien connus se retrouvent mêlés à affaire de fraude au permis de conduire à Nanterre (Hauts-de-Seine).

Des people impliqués dans une vaste fraude au permis de conduire dans les Hauts-de-Seine ? C'est ce que croit savoir le quotidien Le Parisien qui révèle l'affaire dans son édition du jour, une information confirmée par France Info qui a pu recueillir les confidences de sources judiciaires.

D'après la journaliste Valérie Mahaut, ces permis de conduire se seraient négociés entre 2.000 euros et 8.000 euros pièce à Nanterre.

Fraude au permis : quels people seraient impliqués ?

Cette fraude, qui vient d'être démantelée, faisait intervenir le gérant proche du show-business d'une auto-école ainsi que trois agents de la préfecture de Nanterre. Au total, l'arnaque concerne pas moins de 300 personnes, dont quelques people.

Ainsi, sont cités dans un premier temps des footballeurs comme Samir Nasri (Manchester City), Layvin Kurzawa (PSG), ou encore Jérémy Menez (Milan AC). Mais aussi, dans un autre domaine que le ballon rond, l'animateur de Canal+, Ali Baddou.

Le principe de l'arnaque

France Info nous apprend que 3 agents de la préfecture, ainsi que le gérant de l'auto-école (qui se trouve être le mari de la chanteuse Amel Bent), ont été placés 48 heures en garde à vue. Ce jour, un juge les entendra pour "corruption et obtention indue de documents administratifs".

Ainsi, de l'automne 2013 au printemps 2015, des candidats préférant ne pas passer ou repasser l'examen du permis de conduire pouvaient acheter le précieux sésame. Le gérant semblait avoir le rôle de rabatteur, tandis que les agents se chargeaient de préparer les documents administratifs en interne. C'ets à l'occasion d'un contrôle que la supercherie a été mise au jour, et une enquête avait été ouverte et diligentée par le Service de police judiciaire des Hauts-de-Seine et le Groupe d’intervention régional (GIR). La fraude porterait sur plus d'1 million d'euros.

Crédits photos : Perig/Shutterstock

Partager cet article