Le Pen : Sarkozy "véritable caricature" et Juppé "symbole de l'UMPS"

Par , publié le | modifié le
Politique Marine Le Pen sur France 3 le 12 juin 2016
Marine Le Pen sur France 3 le 12 juin 2016

Dimanche, la présidente du Front national Marine Le Pen n'a pas eu des mots tendres envers Nicolas Sarkozy et Alain Juppé, respectivement selon elle "une véritable caricature" et "le symbole de l'UMPS".

À l'entendre, la leader du Front national (FN) Marine Le Pen semble n'opérer aucune distinction entre Nicolas Sarkozy et Alain Juppé quant à une possible préférence dans le cadre de la primaire de la droite. Invitée dimanche sur France 3 à s'exprimer sur ces candidats, l'un supposément en devenir et l'autre déjà déclaré, Mme Le Pen les a ainsi en quelque sorte réunis en des termes assez peu flatteurs.

À commencer par l'actuel maire de Bordeaux : "Moi je l'ai dit de la manière la plus claire qui soit, c'est vrai que je pense que Juppé est vraiment le sympbole de l'UMPS en ce sens qu'il a d'ores et déjà indiqué qu'il s'ouvrirait au Parti socialiste pour gouverner avec lui".

Sarkozy accusé par Le Pen de "la trahison du traité de Lisbonne"

L'ancien chef de l'État est quant à lui qualifié de "véritable caricature", et ses récentes sorties médiatiques d'avoir visiblement conforté la chef du FN dans sa vision : "Entendre Nicolas Sarkozy venir parler de souveraineté quand il est le responsable de la trahison du traité de Lisbonne, venir l'entendre parler des racines chrétiennes et du refus du communautarisme alors qu'il a installé le Conseil français du culte musulman et qu'il l'a offert à l'UOIF, c'est-à-dire les fondamentalistes précisément en question".

"Plus personne aujourd'hui ne croit en la sincérité de Nicolas Sarkozy"

Avant d'ajouter que, selon elle, "plus personne aujourd'hui ne croit en la sincérité de Nicolas Sarkozy". Marine Le Pen a également reconnu qu'à ses yeux, les racines chrétiennes de la France et le principe de laïcité sont "parfaitement compatibles" :

"Est-ce que parce que nous défendons la laïcité, à laquelle les Français sont attachés, est-ce que pour cela que nous devrions renoncer à dire que la France est un pays de racines et de culture chrétiennes ? L'un n'empêche pas l'autre. La religion chrétienne n'interdit pas la laïcité. Les deux ont été parfaitement compatibles pendant plus d'un siècle, il n'y a pas de raison que ça ne continue pas."

Crédits photos : capture d'écran France 3

Partager cet article