Le PDG de Capgemini, proche de François Hollande, veut augmenter son salaire de 18%

Par , publié le | modifié le
Économie Le groupe de conseil et services informatiques Capgemini a acheté la société américaine Igate pour 4 milliards de dollars
Le groupe de conseil et services informatiques Capgemini a acheté la société américaine Igate pour 4 milliards de dollars

Paul Hermelin, PDG du groupe Capgemini, va proposer une augmentation de 18 % de son salaire au conseil d’administration de l’entreprise. Les actionnaires devraient également profiter d’une hausse des dividendes. Les syndicats ont rédigé une lettre ouverte à leur patron.

Les récents scandales sur les augmentations des salaires des patrons ne semblent pas avoir refroidi Paul Hermelin, le PDG du groupe Capgemini. Ce dernier, connu pour être un proche de François Hollande, a en effet demandé une augmentation de 18% de sa rémunération lors d’un conseil d’administration de son entreprise.

Une augmentation de 18 % pour Paul Hermelin

Ce sont nos confrères de Mediapart qui relaient l’information et la lettre ouverte adressée aux syndicats du groupe Capgemini à leur PDG. Celui qui s’est autoproclamé en 2013 comme « le seul PDG socialiste du CAC 40 » va donc demander une rallonge de 100.000 euros par mois environ sur son salaire en vertu des bons résultats enregistrés par le groupe en 2015. Sa rémunération passera de près de 4,1 millions d’euros à un peu plus de 4,8 millions d’euros.

L’entreprise spécialisée dans les services informatiques a enregistré des résultats exceptionnels pour le groupe en 2015. Le bénéfice net a ainsi doublé, passant à 1,1 milliard d’euros selon la lettre ouverte de la CGT.

Les salariés oubliés ?

Paul Hermelin ne sera pas le seul à bénéficier d’une petite rallonge puisque l’assemblée générale étudiera également une augmentation des dividendes des actionnaires de 12,5%. Dans le même temps, la dotation liée à l’augmentation des salaires baissera de de 12,5%, ce qui justifie la colère des syndicats qui déplorent qu’« encore une fois la rémunération du travail soit sacrifiée au bénéfice du capital. En France, les 20 000 salarié-e-s, créateurs de toute cette richesse, auront droit eux à 22 euros bruts par mois pour toute augmentation ».

Cette nouvelle affaire d’augmentation de rémunération d’un PDG et de la redistribution aux actionnaires intervient alors que mardi, le président de la République François Hollande menacé de légiférer hier matin sur Europe 1 sur la rémunération des grands patrons du privé au nom de « l’exigence morale ». Nul doute que le chef de l’État en touchera deux mots au PDG de Capgemini connu pour être l'un de ses proches.

Crédits photos : © AFP/Archives Damien Meyer

Partager cet article