Une patiente subit plusieurs amputations après une IVG, le CHU de Bordeaux condamné

Par , publié le
Santé
Photo d'illustration. Une perfusion dans un hôpital.

Alors qu’elle venait pour une IVG, une femme a contracté une infection au CHU de Bordeaux. Elle subira une amputation des quatre membres.

Cette mère de famille de 36 ans était venue à l’hôpital de Bordeaux pour une interruption volontaire de grossesse, elle finira amputée des 4 membres.

Aujourd’hui, le tribunal de Bordeaux a condamné le CHU dans cette terrible affaire considérant, selon le jugement relayé par Sud Ouest, « qu’aucun élément ne permet de limiter la part de responsabilité du CHU ».

Une bactérie contractée à l’hôpital

Cette terrible histoire débute en 2011. La patiente se rend à l’époque au CHU pour une IVG quelques mois après avoir donné naissance à son troisième enfant. L’intervention est effectuée le 24 juillet 2011, mais, en rentrant chez elle, elle est prise de fièvre et de violentes douleurs.

Elle retourne à l’hôpital dans la foulée et on lui retirera son stérilet. Les médecins détecteront alors une infection par un germe dans la paroi de l’utérus.

Les douleurs persisteront malgré l’absence de stérilet et après une nouvelle hospitalisation, le couperet tombe, la patiente est infectée par un streptocoque pyogène de type A, surnommé « la bactérie mangeuse de chair ».

Plusieurs amputations

Le mal est déjà bien installé dans le corps de la patiente et sa circulation sanguine n’irrigue plus ses membres. Il faudra une quadruple amputation (des deux pieds, de l’avant-bras droit et de la main gauche) pour lui sauver la vie alors que son pronostic vital était engagé.

Selon le tribunal de Bordeaux, le CHU a fait une erreur en ne prescrivant pas d’antibiotiques dès la première visite de la patiente lorsqu’elle se plaignait de douleurs. L’hôpital se défend en invoquant qu’il attendait les résultats d’analyse avant de prendre cette décision, car l'administration d'antibiotiques n'est pas obligatoire dans ce type de cas. Un délai de trois jours qui aura permis à la bactérie de faire des ravages.

Suite au jugement, l’hôpital de Bordeaux devra verser une indemnisation de 300 000 euros à la victime.

Crédits photos : Shutterstock.com

Partager cet article

Pour en savoir plus