Pas-de-Calais : une femme de 28 ans s'est tuée dans un saut à l'élastique

Par , publié le | modifié le
Faits Divers Un véhicule de la gendarmerie (photo d'illustration)
Un véhicule de la gendarmerie (photo d'illustration)

Dimanche dans le Pas-de-Calais, une jeune femme a trouvé la mort lors d'un saut à l'élastique qu'elle effectuait avec son compagnon. Un dysfonctionnement sera constaté au niveau de l'équipement utilisé. La gendarmerie de Saint-Omer est chargée de l'enquête.

On apprend le décès d'une femme survenu dimanche dans la commune d'Audincthun, dans le Pas-de-Calais. Son compagnon et elle s'étaient livrés à un saut à l'élastique, comme l'indique une source de la gendarmerie : "Un couple est monté dans la nacelle, en haut d'une grue, à une hauteur de 65 m pour effectuer un saut à l'élastique."

Et de poursuivre, dans des propos rapportés par l'AFP : "Lors du saut, à quinze mètres du sol, il y a eu un dysfonctionnement au niveau du système d'attache et les deux personnes ont chuté lourdement au sol." La source a néanmoins précisé qu'il n'a pas été question d'une rupture de l'élastique.

Saut à l'élastique à Audincthun : mort d'une femme, son compagnon blessé

Aux alentours de 18 heures, les gendarmes n'ont pu que constater le décès de la jeune femme née en 1987. Quant à son compagnon, né pour sa part en 1982, il a été transporté d'urgence au CHRU de Lille, pour des blessures dont on ignore la gravité. Le couple venait de la commune de Hallennes-lez-Haubourdin, laquelle est située non loin de Lille.

Les gendarmes de Saint-Omer sur l'enquête

Les autorités ont saisi le matériel utilisé dans ce saut à l'élastique et une enquête a été lancée ainsi de déterminer de manière la plus précise qui soit les circonstances du drame. Celle-ci sera menée par la brigade de recherche de la gendarmerie de Saint-Omer. Deux gardes à vue ont déjà été opérées selon La Voix du Nord : celles du gérant du site et de l'employé chargé d'attacher le couple.

Crédits photos : hadescom/Shutterstock.com

Partager cet article