Le salut nazi d'un député d'extrême-droite au Parlement européen

Par , publié le | modifié le
International
Salut nazi de l’eurodéputé polonais Janusz Korwin-Mikke, au terme de son discours au Parlement européen le 8 juillet 2015

Au Parlement européen, mercredi, l'euro-député polonais d'extrême-droite Janusz Korwin-Mikke a conclu son intervention par un salut nazi, comme vous pouvez le voir dans le vidéo.

Alors que les regards et les oreilles se préparaient à accorder une attention toute particulièrement au discours que s'apprêtait à prononcer le Premier ministre grec Alexis Tsipras au Parlement européen, la réunion des eurodéputés a également donné lieu à un incident pour le moins interpellant.

Invité à s'exprimer auprès de l'audience présente, l'eurodéputé polonais Janusz Korwin-Mikke a abordé la question d'un billet de train unique dont la validité s'appliquerait ainsi à l'ensemble de la zone euro. Le député, appartenant au Congrès de la nouvelle droite, un parti affichant un scepticisme certain envers l'Europe, a reproché aux autres eurodéputés de favoriser "l'unification" au détriment d'une "diversité" pourtant maintes fois défendue au Parlement européen.

Extrême-droite : un eurodéputé polonais conclut son discours par un salut nazi

Avant de conclure par un "thank you very much" et  ces termes exprimés en allemand : "Cette fois il y a un royaume, un peuple, un billet", tout en tendant le bras droit dans une posture rappelant le salut nazi. Un geste pour le moins embarrassant ayant de même été accompagné de propos tout aussi perturbants sur une "colonisation" noire de l’Europe.

Nouvel incident au Parlement européen

Ce n'est cependant pas là le premier incident à venir perturber l'hémicycle du Parlement européen. En 2011, après que Daniel Cohn-Bendit l'ait qualifié de "honte" pour le Parlement européen en raison de certains de ses propos tenus après le massacre de Norvège, le président d'honneur du FN Jean-Marie Le Pen avait répliqué en désignant son interlocuteur, à deux reprises, de "pédophile". Des déclarations qui avaient alors provoqué un vent de protestations parmi les eurodéputés, avant que le père de Marine Le Pen ne s'attaque au Parlement de Bruxelles pour ne lui avoir pas permis de s'exprimer plus longuement.

Crédits photos : capture d'écran YouTube

Partager cet article

Pour en savoir plus