Paris : une bagarre se termine avec une mort par noyade

Par , publié le
Faits Divers Un motard de la Police Nationale
Un motard de la Police Nationale

Lundi matin sur les quais de Seine, à Paris, une bagarre entre au moins cinq personnes s'est conclue avec la mort par noyade de l'une d'entre elles.

Les faits se sont produits lundi matin, à l'aube, sur la partie basse du quai des Orfèvres (Paris). Il était 4h30 lorsqu'une bagarre s'est déclenchée sur les quais de Seine, à la hauteur du pont Saint-Michel situé dans le Ier arrondissement de la capitale.

Selon des témoins de la scène dont nos confrères du Parisien rapportent la teneur des propos, au moins trois personnes auraient poussé à l'eau deux autres participants à cette altercation avant de s'enfuir. Les victimes seraient deux frères âgés de 22 et 24 ans et résidant dans la commune de Jouy-le-Moutier (Val-d’Oise).

Noyade après une bagarre à Paris : les victimes seraient deux frères

La brigade fluviale, dont l'intervention s'est voulue rapide suite à l'alerte de témoins, a tenté de repêcher les deux jeunes hommes tombés dans la Seine. Seul l'aîné parviendra à être secouru. En état de choc, son pronostic vital n'est toutefois pas engagé. Le corps sans vie de son frère sera quant à lui retrouvé quatre heures plus tard alors qu'il se trouvait à quelques mètres de la scène.

Une audition pour clarifier les faits

Il est attendu que le rescapé soit entendu lundi après-midi par la brigade criminelle de la PJ, en charge de l’enquête. Une nouvelle épreuve pour l'homme de 24 ans dont les déclarations devraient permettre d'établir, de manière plus ou moins précise, les circonstances de cette bagarre à l'issue tragique. On sait déjà que les deux frères étaient connus des services de police. Les premiers éléments communiqués de l'enquête semblent attester d'une rixe motivée par "un motif apparemment bénin" et ayant ensuite "dégénéré". Les jeunes gens concernés par cette altercation étaient, à priori, "sans histoires".

Crédits photos : Neydt/shutterstock.com

Partager cet article

Pour en savoir plus