Paris : Des Roms manifestent contre la destruction de leur camp

Par , publié le
France
Un campement de roms (illustration)

Une centaine de personnes ont manifesté hier devant la mairie du 18e arrondissement afin de protester contre le démantèlement d’un campement de roms et l'expulsion de 200 personnes environ.

Ils ont tenu à faire entendre leur voix et afficher leur combat aux yeux de tous. Hier matin, une centaine de Roms et de militants d'associations se sont réunis pour manifester devant la mairie du 18e arrondissement de Paris pour protester contre la destruction prochaine de leur campement. Une destruction qui entraînerait de fait leur expulsion du lieu où ils tentent de vivre actuellement.

Installés en plein 18e arrondissement

Habitants du bidonville et représentants des associations étaient donc réunis pour protester contre le démantèlement du campement installé depuis le mois de juin 2015 sur les voies ferrées de la petite ceinture, entre les portes des Poissonniers et de Clignancourt dans le 18e.

Selon les informations de BFM TV, la destruction du campement est prévue d’ici à deux semaines et les premières expulsions devraient débuter cette semaine. Il resterait encore 200 personnes dans un camp qui en a compté plus de 400 lors de sa plus forte période d’affluence. Pour justifier sa décision, le maire PCF-Front de gauche du 18e, Gérard Briant, évoque au micro de BFM le manque de sécurité des lieux. Si un incendie venait à se déclarer, les habitants ne pourraient pas s’échapper rapidement du campement. Un ordre d’expulsion a été prononcé depuis septembre par la justice, saisie par SNCF Réseau, propriétaire du terrain.

Une solution de replacement inadaptée

Selon les membres du collectif RomParis, les solutions de replacement des familles expulsées du camp sont insuffisantes puisque « seulement 15 nuits d’hôtel ont été proposées » alors que nous sommes encore en pleine trêve hivernale. Aidés par un cabinet d’architectes, les habitants du bidonville ont proposé à la Mairie de Paris un projet de campement fait de maisonnettes modulaires plus sécurisées et demande un terrain pour le mettre en application, mais les délais de mise en application devraient être très longs.

En attendant, les CRS ont été envoyés à la fin de la manifestation pour disperser tout le monde et faire place nette devant la mairie. Un avant-goût amer de ce qui attend les habitants du campement dans les jours à venir...

Crédits photos : lavoix du nord

Partager cet article