Paris : un produit anti-cafards intoxique mortellement un enfant de 7 ans

Par , publié le
Faits Divers
Un véhicule des sapeurs-pompiers de Paris. Photo d'illustration.

Samedi à Paris, un enfant de 7 ans est décédé après avoir été exposé aux émanations d'un produit anti-cafards pourtant interdit à la vente.

Le drame est survenu samedi dans le XVe arrondissement de Paris. Un petit garçon de 7 ans est décédé avoir avoir été exposé aux émanations d'un produit anti-cafards, utilisé par sa mère quelques heures plus tôt.

Depuis plusieurs semaines, les puces et les cafards semblent avoir élu résidence dans le logement d'une famille. Dans une très vraisemblable volonté d'éradiquer cette présence indésirable, la mère décide de recourir à un spray anti-cafards. Et de pulvériser le produit dans pratiquement toutes les pièces de l'appartement, si ce n'est l'intégralité d'entre elles.

Intoxication mortelle d'un enfant à Paris : 11 hospitalisations

Très peu de temps après les premières pulvérisations, le fils de cette mère de famille, âgé de 7 ans, est pris de maux de tête et de vomissements. Des symptômes qui ne tarderont pas à s'observer sur d'autres membres de la famille, avant que les secours appelés sur les lieux n'en soient également victimes.

Nos confrères de France Bleu rapportent qu'un total de onze personnes ont été hospitalisées. Si dix d'entre elles ont pu être sauvées, le garçonnet de 7 ans a quant à lui perdu la vie quelques heures plus tard à l'hôpital Necker.

Les vendeurs du produit recherchés

Une enquête a été lancée pour tenter de déterminer au mieux les circonstances du décès, même s'il apparaît que le produit anti-cafards y a joué un rôle certain. La mère de l'enfant a expliqué l'avoir acheté sur un "marché".

Ce spray est pourtant interdit à la vente libre, très probablement en raison d'une substance très chimique et présentant un risque toxique, le phosphure d'aluminium. Un produit qui ne peut donc être légalement manipulé que par les professionnels de la désinfection. Une équipe des pompiers de Paris s'est d'ailleurs rendue sur place afin d'assainir le logement. Les enquêteurs vont notamment s'attacher à retrouver le ou les vendeurs de ce spray.

Crédits photos : Fotos593 / Shutterstock.com

Partager cet article

Pour en savoir plus