Paris : opération séduction en direction des touristes chinois après les attentats

Par , publié le
France Photo d'illustration. Une jeune touriste asiatique devant la Tour Eiffel.
Photo d'illustration. Une jeune touriste asiatique devant la Tour Eiffel.

30%, c'est l'amplitude la chute de fréquentation de Paris par les touristes chinois après les attentats du 13 novembre. La Région Ile-de-France reçoit aujourd'hui des dizaines d'agences de voyage chinoises pour rassurer cette clientèle importante en terme de tourisme.

Opération séduction depuis mardi à l'initiative du Comité régional du tourisme (CRT) qui a réuni une cinquantaine de représentants de grandes agences de voyage chinoises. L'objectif est clair : il s'agit d'enrayer la chute de fréquentation des touristes chinois depuis une année 2015 marquée par les attentats, une chute estimée à 30%.

L'indispensable apport économique des touristes chinois

Le 11 janvier dernier déjà Laurent Fabius, qui était alors encore ministre des Affaires étrangères, annonçait le passage du délai d'obtention d'un visa de tourisme de 48 heures à 24 heures. Car il faut garder à l'esprit que si les touristes chinois ne sont que 2% des étrangers visitant notre pays, leur pouvoir d'achat représente beaucoup plus.

En effet, les Chinois dépensent 200 euros par jour et par personne, ce qui en fait le groupe de touristes étrangers le plus dépensier après les Japonais. Mais avant que les bourses se délient à nouveau, il convient de rassurer pendant ces trois jours. L'un des membres de la délégation disait encore en marge de la réunion ce matin : "On a vu beaucoup de choses horribles, des choses qui n'étaient jamais arrivées ici. Les gens se disent qu'ils vont laisser passer un an ou que pour le même budget, ils vont aller ailleurs", reprend Europe1.

La Région Ile-de-France sort le grand jeu

Et le CRT n'a pas lésiné sur les moyens concernant les grands voyagistes chinois, avec les grands classiques parisiens : palace, cabaret et visite privée des Galeries Lafayette. Mais aussi, passage presque obligé à la Préfecture de police pour s'entendre rassurer question sécurité à Paris.

Pour David Douillet, désormais vice-président du Conseil régional Ile-de-France en charge de l'action internationale et du tourisme, "Nous avons voté des dispositifs qui nous permettent de financer des portiques comme dans les aéroports, notamment aux entrées de salles de spectacle, dans les gares. On met en place un projet de plus de 250 agents : contrôleurs, professionnels de la sécurité".

Crédits photos : Shutterstock.com

Partager cet article

Pour en savoir plus