Paris : La mairie fait poser des rochers là où s’abritaient des migrants

Par , publié le | modifié le
France
Des migrants évacués le 17 septembre 2015 à Paris du campement installé devant la gare d'Austerlitz

La mairie de Paris a fait installer d’énormes blocs de pierre sous un pont où des migrants avaient l’habitude de venir s’abriter.

Il faudra trouver un nouvel abri pour les migrants qui avaient l’habitude de s’installer sous le pont de la porte de la Chapelle dans le 18e arrondissement de Paris. Selon un communiqué du collectif Solidarité Migrants Wilson, la mairie de Paris a décidé de poser des rochers sous l’édifice pour empêcher l’installation des migrants.

Un abri temporaire

Selon le collectif qui vient en aide aux migrants du quartier, notamment par le biais du centre humanitaire de Le Chapelle, les gros blocs de pierre ont été installés le vendredi 10 février. Les énormes rochers ont été déposés sous le pont à l’aide d’engins municipaux et empêchent désormais quiconque de s’y abriter.

Depuis quelques semaines, le pont de la porte de La Chapelle était utilisé comme abri par certains migrants, majoritairement soudanais, qui attendaient d’être reçus au centre humanitaire qui contre 400 places, le plus souvent occupées. Des hommes et des femmes « appréciaient » ce pont qui leur permettait de s’abriter de la pluie.

La mairie se défend

De son côté, la mairie de Paris a confirmé être à l’origine de l'installation de ces pierres. La municipalité indique avoir agi de la sorte notamment pour des raisons de sécurité. Dans le cadre de l’extension des travaux du tramway dans le quartier, le pont de la porte de La Chapelle va être détruit avant d’être reconstruit. La mairie déclare vouloir éviter que des gens dorment « à un endroit potentiellement dangereux ».

De plus, la municipalité précise avoir pris en charge 143 personnes qui devaient avoir rendez-vous au centre de La Chapelle dans des centres d’hébergement en Île-de-France et des centres d’accueil et d’orientation (CAO).

Crédits photos : © AFP/Archives JOEL SAGET

Partager cet article

Pour en savoir plus